Philippe ARGOUARCH

Bet eo bet Philippe Argouarch, e kerzh e yaouankiz, o kantreal amañ hag ahont, disuj e oa d’ar servij soudard, tapet gantañ arnodennoù war ar fizik en deus labouret en un arnodva e Skol-veur Stanford er Stadoù-Unanet. Bez e oa unan eus ar skipailh en deus skignet al lec’hienn gentañ war ar rouedad en Amerika an Hanternoz. E 1997 e sav kevredigezh Bretoned California. Dont a ra da Bariz e 2001, webmestr eo eno evit International Herald Tribune.

E 2003 e tigor Agence Bretagne Presse, Ajañs kelaouiñ e Breizh. Merzhet en deus pegen fall e oa ar servijoù kelaouiñ er vro, pe vefent prevez pe ensavadurel, pa vez kaoz eus mad ar Vretoned. An ABP a zo un doare da gelaouiñ ha da lakaat war wel buan-tre ar c’heleier (3 000 gweladenn bemdez). Rener an embann eo Philippe Argouarc’h ha doujañ a ra d’ar frankiz bras an esteurel. Hervez ar pennadoù a vez lennet ar muiañ e renker o urzh, da lavarout eo plas ar pennadoù pennañ. An ABP a zo dizalc’h hep tamm skoazell arc’hant ebet.

E-pad 12 vloaz ez eus bet embannet 35 000 pennad, 30 000 skeudenn ha kantadoù a videoioù war lec’hienn an ABP, ur binvidigezh dibar e-bed ar c’heleier, ul lec’h eskemm buhezek hag ul lec’h evit mirout danvez ha memor Breizh.

Philippe Argouarch, né d’un père léonard, militaire de carrière, a eu une jeunesse vagabonde, sac au dos, avant de refuser le service militaire. Il aboutit en Californie et obtient un diplôme de physique ce qui le conduit à travailler au laboratoire de l’Université de Stanford (près de San Francisco) qui abrite l’accélérateur de particule. Il fonde une famille et obtient la nationalité américaine.

Il fait ensuite partie de l’équipe du laboratoire qui lance, en 1991, le premier site Web d’Amérique du Nord. En 1997, il crée l’Association des Bretons de Californie et, passionné d’Histoire de Bretagne, met en ligne des documents anciens. Recevant des communiqués de soutien aux prisonniers politiques bretons, il les publie dans la rubrique «Agence Bretagne Presse». Après avoir réalisé le site de la troisième banque étatsunienne, la Wells Fargo, il doit se reconvertir après l’éclatement de la bulle Internet en 2000.

Il revient à Paris en 2001 et est recruté comme webmaître par l’International Herald Tribune, puis devient entrepreneur multimédia à Rennes.

En 2003, il ouvre l’Agence Bretagne Presse comme site indépendant, mu par l’idée, vérifiée depuis, que la presse sera, un jour, tout entière sur Internet. Il ouvre l’interface d’édition à tous les émetteurs de communiqués en lien avec la Bretagne et ses habitants et réunit des rédacteurs de sensibilités politiques différentes. Quatre langues sont employées : le français, le breton, l’anglais et le gallo. La hiérarchie des articles, et donc, la une, sont indexées sur leur succès auprès des lecteurs.

Comme directeur de publication, Philippe Argouarch est attaché à une grande liberté d’expression, mais bornée par le refus de la discrimination et de l’invective contre des groupes humains.

La masse des textes, des photos et des vidéos publiés en 11 ans (des dizaines de milliers) fait de l’Agence Bretagne Presse, une source d’informations rares, un lieu pour des débats soutenus et un dépôt de la mémoire de la Bretagne.

Il a reçu le Collier de l’Hermine en 2015 à Vannes.

Retour à la liste