Yann-Fañch JACQ

Goude bezañ graet studioù mekanikerezh ha metalouriezh e tap Yann-Fañch Jacq un diplom desaver hag e labour e-pad seizh vloaz e Kan ar Mor e Douarnenez. Bet eo bet ivez rener Oaled Treglonoù e pad nav bloaz. Goude-se eo aet da gelenner brezho- neg e lise Diwan Karaez. Savet en deus e 1984 an ti-embann Keit vimp bev, evit embann levrioù e brezhoneg evit ar vugale hag ar re yaouank, un 300 levr bennak a zo deuet er-maez abaoe an deroù, hep ankounac’haat ar gelaouenn Moutig ha Rouzig (170 niverenn).Abaoe 2005, e teu er-maez ingal ar ge- laouenn YA, an hini sizhuniek nemeti e brezhoneg. Krouiñ ur gelaouenn a zo un dra, padout a zo un afer all !Deuet eo a-benn Yann-Fañch Jacq, unan all eus e varregezhioù, da strollañ ur skipailh da genderc’hel gant e labour.Ha n’eo ket a-walc’h, abaoe ar bloavezh 2000 e skriv levrioù (istorioù, romantoù, bannoù-treset…) 24 en holl evit bugale ha krennarded. Evit ar re yaouank, ar re a vo ar yezh en o dalc’h !

Ses études en mécanique et métallurgie faites, il s’oriente vers l’obtention d’un diplôme d’éducateur qui l’amène à travailler 7 ans à Kan ar Mor (Douarnenez) puis 9 ans comme directeur d’an Oaled à Tréglonou. Par la suite il devient professeur de breton au lycée Diwan de Carhaix. En parallèle il crée en 1984 la maison d’édi- tion Keit vimp bev, spécialisée dans les ouvrages en langue bretonne pour la jeunesse (environ 300 titres depuis sa création auxquels il faut rajouter des revues comme Moutig et Rouzig, avec chacune 170 n° parus à l’heure actuelle !). En 2005, il lance Ya !, le seul hebdomadaire monolingue breton qui paraît, sans faille, depuis cette date… Lancer un journal est déjà, en soi, une aventure, en assurer la pérennité en est une autre ! Et Yann-Fañch-Jacq a su, ce qui n’est pas le moindre de ses mérites, constituer une équipe apte à le relayer. Pour couronner le tout, depuis les années 2000, il écrit lui-même des livres (histoires, romans, bandes dessinées… (24 titres adaptés à des âges différents) pour enfants ou adolescents. Ce sont eux qui porteront l’avenir du breton !

Il a reçu le Collier de l’Hermine en 2016 à Carhaix.

Retour à la liste