Yvon PALAMOUR

Evel kalz a Vretoned harluet pell eus ar vro eo bet Yvon Palamour kizidikaet ouzh sevenadur Breizh. Ebenour a vicher (kentañ eus e rummad e skol Boulle, Priz meur rannvroel ar Micherioù arz) en deus bet tro da vont war-dro ul lodenn eus hon glad. Yvon, dre e vicher en deus krouet arrebeuri pe strolladoù pezhoù arrebeuri nevez hag ivez adkempennet arrebeuri hengounel. Kelennet en deus e varregezh war an danvez-se e Breizh hag er C’hebek (Kreizenn rannvroel brudañ artizaned Breizh)

En tu-hont da se eo bet, e vuhez pad, buhezour ha roet en deus lañs ha brudet sevenadur Breizh ( tremen a rae kalzig a dud e kelc’h Jabadao e Pariz, un toullad anezho o deus kemeret perzh e sevenadur Breizh goude-se). Graet en deus ivez telennoù ha pa ‘z eo distro da Vreizh e 1967 en deus savet bagad Pleuwigner, aozet kenstrivadegoù sonerien daou-ha-daou, broudet ar sonerien da implijout ar biniou hag ar vombard e skeulennoù na oant ket temperet, ezel eo ivez eus laz-kanañ « Paotred Pleuiner ».

Pa ‘z eo aet war e leve, en deus, gant unan eus e stajidi kozh, Andre ar Barzh, studiet don an arrebeuri poblel hengounel (irc’hier, presoù lin hanternoz Breizh, arrebeuri unliv pe liesliv kreisteiz Breizh). An enklaskoù-se a zo dellezek da vezañ embannet.

Comme beaucoup de Bretons émigrés, l’éloignement de la Bretagne n’a fait qu’aviver l’intérêt d’Yvon Palamour pour la culture bretonne. Et son métier d’ébéniste (major de promotion à l’école Boulle, Grand prix régional des Métiers d’art) le met naturellement en contact avec tout un pan de notre patrimoine. C’est ainsi que, professionnellement Yvon se partagera entre création de nouveaux meubles ou ensembles et restauration de mobilier traditionnel, ce qui l’amène également à enseigner son art (Centre régional de promotion des artisans de Bretagne) en Bretagne et au Québec. En parallèle, et tout au long de sa vie, il sera animateur, incitateur… en matière de culture bretonne (cercle Jabadao à Paris où sont passées de nombreuses personnes qui ont joué par la suite un rôle certain pour la culture bretonne, son métier d’ébéniste le conduit à faire des harpes, puis à son retour en Bretagne en 1967 : lancement du bagad de Pluvigner, organisation de concours de sonneurs de couple, sensibilisation des sonneurs à l’intérêt pour les biniou et bombardes en gammes anciennes non tempérées, participation au chœur d’hommes Paotred Pleuiner …).

La retraite venue, avec un de ses anciens stagiaires, André Le Bars, Yvon se lance dans une étude d’envergure du mobilier populaire ancien en Bretagne : coffres et armoires press-lin du nord-Bretagne, mobilier monochrome ou polychrome du sud-Bretagne qui, espérons-le, pourra se concrétise par l’édition d’un ouvrage exceptionnel de plus de 400 pages A3 sur le sujet avec photos, analyses, dessins, aquarelles restituant l’aspect neuf des meubles…

Il a reçu le Collier de l’Hermine en 2015 à Vannes.

Retour à la liste