Anna MOURADOVA (Tbilissi 2021)

Ganet eo bet e 1972 e Moskov.
Graet he deus studioù e Skol-veur stad ar yezhoniezh e Moskov (1990-1992) hag e Skol-veur Roazhon 2 (1992-1994) goude-se, echuet he deus gant he studioù e Moskov (1994-1997). Desket he deus brezhoneg hec’h-unan gant hentenn Tricoire ha troet goude-se oberennoù skrivagnerien rusian (Tchekhov, Gabriadze, Astafiev, Tendriakov) a-raok kregiñ da skrivañ war-eeun danevelloù e brezhoneg o tremen e bro Rusia en devezh a-hirie. Bet eo hi an hini nemeti na vefe ket Breizhadez o kaout priz Imram, ur priz a vez roet bep bloaz e Sant-Malo d’un den evit hollad e oberennoù e brezhoneg. Plac’h ar yezhoù eo Anna Mouradova, barrek eo da gomz un dek bennak, en o zouez saozneg ha kembraeg, galleg hag ivez arameeg modern peogwir eo a-orin asiriad. Liammet eo hec’h anv d’ar brezhoneg dreist-holl, ha reiñ a ra ur plas bras d’hor yezh en he skridoù. En tu-hont da se, he deus savet meur a levr hag en o zouez un hentenn evit ar rusianegerien da zeskiñ brezhoneg, ur romant polis e rusianeg, steuñvenn an istor a zo diwar-benn un dornskrid brezhoneg bet kollet, skrivet he deus ivez ur studiadenn « Kudennou an treiñ diwar ar rusianeg e brezhoneg » hag ul levr danevelloù « Un dornad kraoñ-kelvez » (embannet gant Skrid) tapet ganti Priz Pêr Roy, (USV) evit ar skrid-se. Emañ bremañ o chom en he bro orin e Tbilissi e Jorjia. Anna Mouradova, skrivagnerez ha pedagogourez he deus roet an tu da lakaat anavezout yezh ha sevenadur Breizh d’ar pobloù broioù kevredet Rusia.

Née en 1972 à Moscou.
Elle étudie à l’Université d’Etat de Linguistique de Moscou (1990 – 1992), à l’Université de Rennes 2 Haute Bretagne (1992 à 1994), avant de terminer ses études à Moscou (1994 – 1997). Après avoir appris le breton par elle-même, à partir de la méthode Tricoire, elle traduit en breton des auteurs russes (Tchekhov, Gabriadze, Astafiev, Tendriakov) avant d’écrire elle-même directement en breton des nouvelles dont l’histoire se situe dans la Russie d’aujourd’hui. Elle est la seule non-Bretonne à s’être vu attribuer le prix Imram, récompensant chaque année, dans la cité corsaire de Saint-Malo, une personne pour l’ensemble de son œuvre en breton. Anna Mouradova maîtrise une dizaine de langues, de l’anglais au gallois, en passant par le français ainsi que l’araméen moderne, étant d’origine assyrienne. Son nom est cependant avant tout associé au breton, auquel elle a réservé une place de choix dans son œuvre. Elle est en outre, à l’origine de multiples ouvrages, une méthode destinée aux russophones souhaitant apprendre la langue bretonne, mais aussi d’un roman policier, en russe, dont l’intrigue s’articule autour d’un manuscrit breton disparu, ou encore d’une nouvelle récompensée par le Prix Per Roy de l’AEB.
Anna MOURADOVA apparaît donc comme une pédagogue et écrivaine qui a permis aux peuples de la Fédération de Russie de découvrir et d’apprendre la langue et la culture bretonnes.

 

Retour à la liste