Mariannig LARC’HANTEG

Kregiñ a ra da zeskiñ seniñ gant an delenn e 1963 e Telenn Bleimor. Heuliañ a ra e 1965 kentelioù telenn glasel e Skol Normal ar Sonerezh e Pariz. E 1972 e tigor kentañ klas telenn geltiek Bro C’hall en ENM Brest.
Pep tra oa da grouiñ. Labourat a ra evit gwellaat ar binvioù a veze kavet d’ar mare-se. Gant Myriam Robic e laka da zont er maez kentañ embannadur skridoù-sonerezh evit an delenn geltiek. Ar benveg seniñ-se a zo stag ouzh skeudenn un identitelezh, ar pezh ne gaved ket er skolioù muzik. Ret oa neuze reiñ he flas d’an delenn e bed ar sonerezh klasel. Stourm ur vuhez…kontet ganti en ul levr : « La harpe instrument des Celtes, journal de bord d’un professeur de harpe celtique » .
War un dro ez eo sonadegourez ha sonaozourez a-vicher ha krouiñ a ra ur pezh evit an delenn geltiek, oboell alto hag orkestra dre gerdin Baleadenn an Ene, gourc’hemennet gant Kêr Gemper (1982).
Eilañ a ra alies konterien ha barzhed. Labourat a ra ivez e bed ar bannoù treset, en un ijinadenn a vod asambles en un abadenn ar c’hontadennoù, ar sonerezh hag an tresañ : Le conte à bulles.
E 2001 e kinnig e Skol-Veur Roazhon2 ur raktres enklask war gelennadurezh an delenn geltiek hag e 2013 e rann ar sevenadur breizhat ha keltiek, e studi an delenn geltiek en ur raktres enklask all anvet « Eus an delenn d’an delenn geltiek ».

En 1963, elle commence la harpe celtique à la Telenn Bleimor. Elle entre en 1965 en classe de harpe classique de l’Ecole Normale de Musique de Paris. En 1972 elle ouvre la première classe de harpe celtique de France à l’ENM de Brest.
Tout est à inventer. Elle travaille à l’amélioration des instruments existants. Elle initie avec Myriam Robic la 1ère édition de partitions pour harpe celtique. L’instrument porte une image identitaire, sans précédent dans les conservatoires. Il faut donc lui créer une légitimité dans l’environnement de la musique classique. Ce sera le combat d’une vie… qu’elle raconte dans un livre : « La harpe instrument des Celtes, journal de bord d’un professeur de harpe celtique ».
Parallèlement elle mène une carrière de concertiste et de compositeur, elle s’impose avec la création d’une pièce pour harpe celtique, cor anglais et orchestre à cordes : « Baleadenn an Ene », (1982). Elle accompagne de nombreux conteurs et poètes. Elle travaille également dans l’univers de la bande dessinée sur un concept : le conte à bulles.
En 2001, elle dépose à l’université Rennes 2 un projet de recherche sur l’enseignement de la harpe celtique, puis en 2013, au département de culture bretonne et celtique, elle questionnera la harpe celtique dans un autre projet intitulé : « De la harpe à la harpe celtique ».

 

Retour à la liste