Stéphanie STOLL

Stephanie Stoll a zo bet ganet nepell diouzh al Leger. Pa oa bihan, gant he c’hlasad, he deus dizoloet un diskouezadeg diwar-benn istor Breizh en ti-kêr; skoet eo bet gant ar plankennadoù bannoù-treset a oa eno. D’ar memes koulz e kleve komz brezhoneg bemdez pa ‘z ae d’an ispiserezh da brenañ ur c’harambar pe un dorzh vara. Ne ouie ket ar yezh betek an oad a 25 bloaz. E-keit-se he deus desket yezhoù all en estrenvro met ket hini he bro, ar pezh a zo gwir evit miliadoù a Vreizhiz yaouank. P’he deus bet bugale he deus dibabet kas anezho da Ziwan hag evel kalz a gerent all he deus strivet kalz evit degas ur gwenneg bennak da lakaat ar skol vihan, digoust ha laik, da vont en-dro. Tamm-ha-tamm, he deus komprenet perak e oa ken diaes dont da vezañ brezhonegerez. Komprenet he deus ivez e c’helljemp ober kalz a draoù ma labourfemp holl asambles da dizhout ar pal ha ma kredfemp ennomp hon-unan. Diwan a gresk a vloaz da vloaz. Stephanie Stoll a samm he lod, loc’h enni.

Elle est née au début du printemps, pas loin du Léguer. Quand elle était petite, sa classe a découvert à la mairie une exposition sur l’histoire de Bretagne ; les planches de bande dessinée lui avaient fait forte impression. À la même époque, elle entendait le breton tous les jours quand elle allait à l’épicerie chercher un Carambar ou un pain. Mais elle ne connaissait pas la langue, et cela a duré jusqu’à l’âge de 25 ans. Entre temps, elle avait appris les langues étrangères dans les pays étrangers, mais elle ne connaissait pas celle de son pays. C’est l’histoire de milliers de jeunes Bretons. Devenue mère, elle a choisi Diwan pour ses enfants. Comme tous les autres parents, elle n’a pas ménagé ses efforts pour collecter de l’argent et faire vivre leur petite école, gratuite et laïque. Petit à petit, elle a compris pourquoi il était si difficile de devenir bretonnante. Elle a aussi compris ce que nous pourrions réaliser si nous étions capables de réfléchir, de bâtir collectivement une vision et de croire en nous. Diwan progresse chaque année, Stéphanie Stoll y prend sa part, et c’est sa fierté.

 

Retour à la liste