Personnalités honorés de 2010 à nos jours

 

En 2014,
à NANTES

Philippe Abjean, Nicole et Félix le Garrec, Jacqueline Le Guen et Erwan Vallerie

En 2013,
à SAINT-NICOLAS-DE-REDON

Yves-Pascal CASTEL, Jean-Jacques MONNIER, Tangi LOUARN et Martial MÉNARD

En 2012,
à GUINGAMP

Albert BOCHÉ †, Yves LAINÉ, Ivonig LE MERDY, Yvon et Henri MORVAN

En 2011,
à QUIMPER.

M.Yann Choucq, M. Joseph Le Bihan, Mme Andrea Ar Gouilh et M. André Pochon.

En 2010,
à LORIENT.

Mme André Chédeville, Mme Catherine Latour, Mme Annaig Renault † et M. Donatien Laurent.

En 2016,
à CARHAIX

Mikael Bodlore-Penlaez (Brest, 1975)

Ur master kargad studi en diorren lec’hel en deus (U.B.O.) ha setu 17 vloaz ‘zo emañ o labourat e Kemper. e bed an ekonomiezh. Dimezet eo, daou vugel dezhañ. Sevel a ra kartennoù ha skrivet en deus un dek levr bennak, en o zouez Atlas de Bretagne/ Atlas Breizh bet savet asambles gant Divi Kervella e 2011, gantañ ivez en deus labouret war kalz a raktresoù all. Al levr divyezhek-se eo an atlas Breizh kentañ bet embannet e brezhoneg. Er memes dastumad en deus embannet gant Erwan Chartier-Le Floc’h «Atlas des mondes celtiques». Un arbennigour eo  war ar bihanniveroù  broadel ha kenurzhiet en deus ur ski- pailh ugent den evit sevel an Atlas des nations sans État en Europe. An atlas-se a gaver ivez e saozneg. Labourat a ra Mikael Bodlore-Penlaez war danvezioù a bep seurt : La musique classique bretonne (kenlabour gant  Aldo Ripoche) pe c’hoazh Les symboles et drapeaux bretons… setu penaos en deus broudet, brudet ha krouet banieloù evit ar vro. Prezidant ar  gevredigezh Bannieloù Breizh eo abaoe 2015.Abaoe pell eo dedennet gant an teknologiezhioù nevez hag krouet en deus e 1999 porched ar bihanniveroù broadel Eurominority.eu, hag, e 2006 bepred gant skoazell Divi Kervella en deus savet ar porched douaroniel Geobreizh.bzh. Emañ e-touez diazezerien  ar .bzh  gant ar c’hannad Christian Menard ha gant David Lesvenan prezidant ar gevredigezh www.bzh.Ar sinadeg skignet gantañ adalek 2006 he deus kizidikaet ar boblañs, ar strolle- gezhioù lec’hel hag ar C’huzul-rannvro ouzh ar .bzh.

Titulaire  d’un  master  de  chargé  d’études  en développement  local  (U.B.O.),  marié  et  père de deux enfants, il travaille à Quimper depuis 17 ans dans le domaine de l’économie. Cartographe, il est auteur d’une dizaine d’ouvrages, notamment d’atlas, tel l’Atlas de Bre- tagne / Atlas Breizh co-écrit en 2011 avec Divi Kervella avec qui il collabore sur de nombreux projets.  Ce  livre  bilingue  est  le  premier  atlas de  Bretagne  édité  en  breton.  Dans  le  même collection, il a co-écrit l’Atlas des mondes celtiques avec Erwan Chartier-Le Floch. Spécialiste des minorités nationales, il a dirigé l’Atlas des nations sans État en Europe, en coordonnant une équipe de vingt personnes. Cet atlas est également diffusé en anglais. Mikael Bodlore-Penlaez aborde aussi des sujets divers : La musique classique bretonne (écrit avec Aldo Ripoche) ou les symboles et drapeaux bretons… d’où de nombreux projets de promotion des drapeaux bretons, en partiiculier au sein de l’association Bannieloù Breizh (drapeaux de Bretagne) qu’il préside depuis 2015. Très tôt intéressé par les nouvelles technologies, il crée en 1999 le portail des minorités nationales, Eurominority.eu, et en 2006, toujours avec l’aide de Divi Kervella, le portail géographique Geobreizh.bzh. Il a fait partie des personnalités à l’origine du .bzh avec le député Christian Ménard et l’actuel président de l’association www.bzh, David Lesvenan. Sa pétition lancée en 2006 a permis de sensibiliser public, collectivités locales et Conseil régional, à l’enjeu de disposer d’une extension internet propre à la Bretagne.

Haut de page

Jean Cevaer (1931)

E bed an tireoulerezh en deus labouret a- hed e vuhez micherel, goude e studioù ijinour kimiour (ENSC Roazhon, aotreegezh war ar skiantoù). Ur wech war e leve e sammas karg meles- tradurel Kreizenn stummañ uhelañ Sant- Nazer etre 1989 ha 1996. Dre e emouestl evit Breizh en deus kemeret perzh e krouidigezh kevredigezhioù hag en o C’huzulioù-merañ : Unvaniezh Bretoned Bro-Veljia, Organisation des Bretons émigrés, CELIB, Radio-bro e Pariz, CUAB (comité pour l’unité administrative de la Bretagne) ma voe prezidant etre 1989 ha 1995, Alternantes, ma ra war-dro kronikenn ar c’h/CUAB, Skol Uhel ar Vro, ma’z eo prezidant ar C’huzul skiantel hag ezel eus ar C’huzul-merañ, Emglev libr Europa, POBL, ma voe bez-prezidant ha prezidant war-lerc’h, Identité bretonne, Institut de documentation bretonne et européenne, kronikour evit Breizh da zont, Bretagne Prospective, association culturelle bretonne sud Bretagne ha festival Anne Vreizh, Credib e Sant-Nazer, Agora de l’Estuaire ma’z eo prezidant evit bremañ… E oberiantiz he deus roet tro dezhañ da skrivañ pennadoù ha d’ober prezegennoù, en tu-hont d’an amzer en deus tremenet en emvodoù hag o vont hag o tont !

Ses études d’ingénieur chimiste (ENSC de Rennes et licence ès sciences) le prédestinent à une carrière dans l’industrie du pétrole, avant de prendre, à la retraite la responsabilité administrative du Centre de formation supérieure de St-Nazaire de 1989 à 1996. Son engagement breton se traduit par une longue suite de participations à la création d’associations et/ou de contributions à leur Conseil d’administration (Amicale des Bretons de Belgique, Organisation des Bretons émigrés, CELIB, Radio-bro à Paris, CUAB (comité pour l’unité administrative de la Bretagne) dont il sera ensuite président (1989 à 1995), Alternantes où il assure la chronique du Cuab, Institut culturel de Bretagne dont il deviendra président du Conseil scientifique et membre du CA, Alliance libre européenne, POBL dont il sera vice-président puis président, Identité bretonne, Institut de documentation bretonne et européenne, chroniqueur à l’Avenir de la Bretagne, Bretagne Prospective, association culturelle bretonne sud Bretagne et festival Anne de Bretagne, Credib à St-Nazaire, Agora de l’Estuaire dont il est l’actuel président… Une activité qui n’a pas manqué de se traduire par de multiples articles et conférences, sans parler du temps passé en réunions et déplacements !

Haut de page

Yann-Fañch Jacq (Concarneau, 1954)

Goude bezañ graet studioù mekanikerezh ha metalouriezh e tap Yann-Fañch Jacq un diplom desaver hag e labour e-pad seizh vloaz e Kan ar Mor e Douarnenez. Bet eo bet ivez rener Oaled Treglonoù e pad nav bloaz. Goude-se eo aet da gelenner brezho- neg e lise Diwan Karaez. Savet en deus e 1984 an ti-embann Keit vimp bev, evit embann levrioù e brezhoneg evit ar vugale hag ar re yaouank, un 300 levr bennak a zo deuet er-maez abaoe an deroù, hep ankounac’haat ar gelaouenn Moutig ha Rouzig (170 niverenn).Abaoe 2005, e teu er-maez ingal ar ge- laouenn YA, an hini sizhuniek nemeti e brezhoneg. Krouiñ ur gelaouenn a zo un dra, padout a zo un afer all !Deuet eo a-benn Yann-Fañch Jacq, unan all eus e varregezhioù, da strollañ ur skipailh da genderc’hel gant e labour.Ha n’eo ket a-walc’h, abaoe ar bloavezh 2000 e skriv levrioù (istorioù, romantoù, bannoù-treset…) 24 en holl evit bugale ha krennarded. Evit ar re yaouank, ar re a vo ar yezh en o dalc’h !

Ses études en mécanique et métallurgie faites, il s’oriente vers l’obtention d’un diplôme d’éducateur qui l’amène à travailler 7 ans à Kan ar Mor (Douarnenez) puis 9 ans comme directeur d’an Oaled à Tréglonou. Par la suite il devient professeur de breton au lycée Diwan de Carhaix. En parallèle il crée en 1984 la maison d’édi- tion Keit vimp bev, spécialisée dans les ouvrages en langue bretonne pour la jeunesse (environ 300 titres depuis sa création auxquels il faut rajouter des revues comme Moutig et Rouzig, avec chacune 170 n° parus à l’heure actuelle !). En 2005, il lance Ya !, le seul hebdomadaire monolingue breton qui paraît, sans faille, depuis cette date… Lancer un journal est déjà, en soi, une aventure, en assurer la pérennité en est une autre ! Et Yann-Fañch-Jacq a su, ce qui n’est pas le moindre de ses mérites, constituer une équipe apte à le relayer. Pour couronner le tout, depuis les années 2000, il écrit lui-même des livres (histoires, romans, bandes dessinées… (24 titres adaptés à des âges différents) pour enfants ou adolescents. Ce sont eux qui porteront l’avenir du breton !

Haut de page

Nolwenn Korbell (Douarnenez, 1968)

Brezhonegerez a-vihanik eo Nolwenn Korbel, ha goude studioù e Skol arz ar c’hoariva e Roazhon eo deuet da vezañ kanerez, komedianez, skriva- gnerez ha sonaozourez. Etre 1990 hag ar bloavezh 2000 he deus bevet etre Kembre ha Breizh ; kanañ a rae neuze er strollad folk-rock Bob Delyn a’r Ebillion, ha evel sopran el laz-kanañ Arsis Théâtre Vocal.Ar pladennoù he deus graet gant Coop Breizh goude bezañ distroet da Vreizh da vat o deus graet berzh loù (2006), Red (2007), Noazh (2010), Skeud ho roudoù (2015). Kalz a sonadegoù zo bet da heul : an Erer Kozh, Festival du Bout du Monde, Gouel Etrekeltiek, Olympia, Nuits Celtiques (Pariz-Bercy), Nuits Atypiques (Lan- gon), C’hoariva Kerne (Kemper), TNB (Roazhon)… En estrenvro ivez (Skos, Belgia, Italia, Japan, Polonia…). War dachenn ar c’hoariva he deus labouret gant Guy Pierre Couleau (leu- renner ha rener ar greizenn c’hoariva la Comédie de l’Est) evit krouadennoù (La Chaise de Paille ha Marilyn en Chantée gant Sue Glover, Rêves gant Wajdi Mouawad), ha savet he deus ar sonerezh evit La Fontaine aux Saints gant Synge. E 2012, 2013 ha 2014 e c’hoari er pezhioù Maître Puntila et son valet Matti gant Bertolt Brecht, ha Cabaret Brecht leurennet gant G.-P. Couleau. Kemeret he deus ivez perzh e L’Intervention (V. Hugo), leurennet gant Yves Beaunesne. Adalek miz Here 2016 e c’hoari e L’Opéra de 4 sous (Bertolt Brecht), leurennet gant Jean Lacornerie.

Bretonnante de naissance, elle mène, depuis ses études au Conservatoire d’art dramatique de Rennes, une belle carrière de chanteuse, comédienne, auteur et compositeur. De 1990 à 2000, elle vit entre Pays de Galles et Bretagne et chante dans le groupe folk-rock Bob Delyn a’r Ebillion, et comme soprano au sein de l’ensemble Arsis Théâtre Vocal. Elle rentre définitivement en Bretagne et réalise chez Coop Breizh des disques très bien accueillis : N’eo ket echu (2003), Bemdez c’houloù (2006), Red (2007), Noazh (2010), Skeud ho roudoù (2015). S’en suivent de nombreux concerts : Vieilles Charrues, Festival du Bout du Monde, Festival Interceltique, Olympia, Nuits Celtiques (Paris-Bercy), Nuits Atypiques (Langon), Théâtre de Cornouaille (Quimper), TNB (Rennes)… à l’étranger (Ecosse, Belgique, Italie, Espagne, Japon, Pologne…).Au théâtre, elle a travaillé avec Guy Pierre Couleau (metteur en scène et directeur de la Comédie de l’Est) pour des créations (La Chaise de Paille et Marilyn en Chantée de Sue Glover, Rêves de Wajdi Mouawad), et signé la réalisation musicale de La Fontaine aux Saints de Synge. En 2012, 2013 et 2014, on la retrouve dans les spectacles Maître Puntila et son valet Matti de Bertolt Brecht, et Cabaret Brecht mis en scène par G.-P. Couleau. Elle a joué dans L’Intervention de V. Hugo, mise en scène Yves Beaunesne. Et jouera dans L’Opéra de 4 sous de Bertolt Brecht à partir d’octobre 2016, mise en scène Jean Lacornerie.

Haut de page

En 2015,
à VANNES

Patrick Mareschal (1939)

Difenner taer adunvaniezh Breizh eo Patrick Mareschal. Pa oa rener Arsellva ekonomikel ar C’hornôg eo bet oberiant-tre ha kemeret en deus perzh, e 1973, e krouidigezh ar gevredigezh B5 a zo deuet da vezañ ar c’hCUAB e 1981 (Poellgor evit unaniezh melestradurel Breizh). Dilezet en deus ar garg a brezidant pa ‘z eo bet anvet da guzulier-kêr e Naoned e 1983.

E 2001, hag eñ kuzulier-departamant el Liger Atlantel, eo deuet a-benn da lakaat mouezhiañ, gant koulz lavarout an holl, ur mennad evit adunvaniezh Breizh.

E 2004 eo bet anvet Patrick Mareschal da brezidant ar C’huzul-Meur hag an dra kentañ en deus graet eo lakaat banniel Breizh war savadur an departamant etre an hini gall hag an hini european : sklaer e oa d’an holl e oa al Liger Atlantel e Breizh ha n’eus bet tamm stourm a-enep ebet a-berzh an dilennedi ha keodediz an departamant.

Diouzh e diviz e-unan en deus kuitaet Patrick Mareschal ar C’huzul-meur e 2011 met strakal a ra bepred ar Gwenn ha Du war ti an departamant.

Patrick Mareschal, tenace militant de la réunification de la Bretagne

Alors qu’il était le directeur de l’Observatoire Economique de l’0uest, Patrick Mareschal participa très activement en 1973 à la création de l’association B5 qui devint le Comité pour l’unité administrative de la Bretagne (CUAB) en 1981. Il en devint le président mais démissionna en 1983 quand il fut élu au Conseil municipal de Nantes.

En 2001, alors qu’il était membre du Conseiller Général de Loire Atlantique, il réussit à faire voter à la quasi-unanimité un vœu pour la réunification de la Bretagne. Ce vote ne fut obtenu qu’au prix d’une concession accordée aux partisans d’un Grand Ouest : la possibilité pour les départements voisins de la Bretagne de se joindre aux cinq départements bretons dans une région dont le nom ne fut pas précisé.

En 2004, Patrick Mareschal devient président du Conseil Général et son premier geste fut de hisser le drapeau breton sur l’hôtel du département, entre les drapeaux français et européen : l’appartenance de la Loire Atlantique à la Bretagne fut ainsi spectaculairement affirmée sans provoquer aucune contestation de la part des citoyens ou de leurs élus.

En 2011, Patrick quitte de son plein gré le Conseil Général mais le Gwenn ha Du continue de flotter sur l’hôtel du département. Bravo Patrick et merci !

Haut de page

Philippe Argouarc’h (1949)

Bet eo bet Philippe Argouarc’h, e kerzh e yaouankiz, o kantreal amañ hag ahont, disuj e oa d’ar servij soudard, tapet gantañ arnodennoù war ar fizik en deus labouret en un arnodva e Skol-veur Stanford er Stadoù-Unanet. Bez e oa unan eus ar skipailh en deus skignet al lec’hienn gentañ war ar rouedad en Amerika an Hanternoz. E 1997 e sav kevredigezh Bretoned California. Dont a ra da Bariz e 2001, webmestr eo eno evit International Herald Tribune.

E 2003 e tigor Agence Bretagne Presse, Ajañs kelaouiñ e Breizh. Merzhet en deus pegen fall e oa ar servijoù kelaouiñ er vro, pe vefent prevez pe ensavadurel, pa vez kaoz eus mad ar Vretoned. An ABP a zo un doare da gelaouiñ ha da lakaat war wel buan-tre ar c’heleier (3 000 gweladenn bemdez). Rener an embann eo Philippe Argouarc’h ha doujañ a ra d’ar frankiz bras an esteurel. Hervez ar pennadoù a vez lennet ar muiañ e renker o urzh, da lavarout eo plas ar pennadoù pennañ. An ABP a zo dizalc’h hep tamm skoazell arc’hant ebet.

E-pad 12 vloaz ez eus bet embannet 35 000 pennad, 30 000 skeudenn ha kantadoù a videoioù war lec’hienn an ABP, ur binvidigezh dibar e-bed ar c’heleier, ul lec’h eskemm buhezek hag ul lec’h evit mirout danvez ha memor Breizh.

Philippe Argouarch, né d’un père léonard, militaire de carrière, a eu une jeunesse vagabonde, sac au dos, avant de refuser le service militaire. Il aboutit en Californie et obtient un diplôme de physique ce qui le conduit à travailler au laboratoire de l’Université de Stanford (près de San Francisco) qui abrite l’accélérateur de particule. Il fonde une famille et obtient la nationalité américaine.

Il fait ensuite partie de l’équipe du laboratoire qui lance, en 1991, le premier site Web d’Amérique du Nord. En 1997, il crée l’Association des Bretons de Californie et, passionné d’Histoire de Bretagne, met en ligne des documents anciens. Recevant des communiqués de soutien aux prisonniers politiques bretons, il les publie dans la rubrique «Agence Bretagne Presse». Après avoir réalisé le site de la troisième banque étatsunienne, la Wells Fargo, il doit se reconvertir après l’éclatement de la bulle Internet en 2000.

Il revient à Paris en 2001 et est recruté comme webmaître par l’International Herald Tribune, puis devient entrepreneur multimédia à Rennes.

En 2003, il ouvre l’Agence Bretagne Presse comme site indépendant, mu par l’idée, vérifiée depuis, que la presse sera, un jour, tout entière sur Internet. Il ouvre l’interface d’édition à tous les émetteurs de communiqués en lien avec la Bretagne et ses habitants et réunit des rédacteurs de sensibilités politiques différentes. Quatre langues sont employées : le français, le breton, l’anglais et le gallo. La hiérarchie des articles, et donc, la une, sont indexées sur leur succès auprès des lecteurs.

Comme directeur de publication, Philippe Argouarch est attaché à une grande liberté d’expression, mais bornée par le refus de la discrimination et de l’invective contre des groupes humains.

La masse des textes, des photos et des vidéos publiés en 11 ans (des dizaines de milliers) fait de l’Agence Bretagne Presse, une source d’informations rares, un lieu pour des débats soutenus et un dépôt de la mémoire de la Bretagne.

Haut de page

Yvon PALAMOUR (1932)

Evel kalz a Vretoned harluet pell eus ar vro eo bet Yvon Palamour kizidikaet ouzh sevenadur Breizh. Ebenour a vicher (kentañ eus e rummad e skol Boulle, Priz meur rannvroel ar Micherioù arz) en deus bet tro da vont war-dro ul lodenn eus hon glad. Yvon, dre e vicher en deus krouet arrebeuri pe strolladoù pezhoù arrebeuri nevez hag ivez adkempennet arrebeuri hengounel. Kelennet en deus e varregezh war an danvez-se e Breizh hag er C’hebek (Kreizenn rannvroel brudañ artizaned Breizh)

En tu-hont da se eo bet, e vuhez pad, buhezour ha roet en deus lañs ha brudet sevenadur Breizh ( tremen a rae kalzig a dud e kelc’h Jabadao e Pariz, un toullad anezho o deus kemeret perzh e sevenadur Breizh goude-se). Graet en deus ivez telennoù ha pa ‘z eo distro da Vreizh e 1967 en deus savet bagad Pleuwigner, aozet kenstrivadegoù sonerien daou-ha-daou, broudet ar sonerien da implijout ar biniou hag ar vombard e skeulennoù na oant ket temperet, ezel eo ivez eus laz-kanañ « Paotred Pleuiner ».

Pa ‘z eo aet war e leve, en deus, gant unan eus e stajidi kozh, Andre ar Barzh, studiet don an arrebeuri poblel hengounel (irc’hier, presoù lin hanternoz Breizh, arrebeuri unliv pe liesliv kreisteiz Breizh). An enklaskoù-se a zo dellezek da vezañ embannet.

Comme beaucoup de Bretons émigrés, l’éloignement de la Bretagne n’a fait qu’aviver l’intérêt d’Yvon Palamour pour la culture bretonne. Et son métier d’ébéniste (major de promotion à l’école Boulle, Grand prix régional des Métiers d’art) le met naturellement en contact avec tout un pan de notre patrimoine. C’est ainsi que, professionnellement Yvon se partagera entre création de nouveaux meubles ou ensembles et restauration de mobilier traditionnel, ce qui l’amène également à enseigner son art (Centre régional de promotion des artisans de Bretagne) en Bretagne et au Québec. En parallèle, et tout au long de sa vie, il sera animateur, incitateur… en matière de culture bretonne (cercle Jabadao à Paris où sont passées de nombreuses personnes qui ont joué par la suite un rôle certain pour la culture bretonne, son métier d’ébéniste le conduit à faire des harpes, puis à son retour en Bretagne en 1967 : lancement du bagad de Pluvigner, organisation de concours de sonneurs de couple, sensibilisation des sonneurs à l’intérêt pour les biniou et bombardes en gammes anciennes non tempérées, participation au chœur d’hommes Paotred Pleuiner …).

La retraite venue, avec un de ses anciens stagiaires, André Le Bars, Yvon se lance dans une étude d’envergure du mobilier populaire ancien en Bretagne : coffres et armoires press-lin du nord-Bretagne, mobilier monochrome ou polychrome du sud-Bretagne qui, espérons-le, pourra se concrétise par l’édition d’un ouvrage exceptionnel de plus de 400 pages A3 sur le sujet avec photos, analyses, dessins, aquarelles restituant l’aspect neuf des meubles…

Haut de page

Eugène Riguidel

Eugene riguidel : juillet 1940, mort pour la France à Mers el-Kebir. Novembre 1940, Eugène Riguidel nait à Arradon (Morbihan), occupé par les allemands. 1941, Pétain sépare la Loire-Atlantique de la Bretagne.

Enfance heureuse, rêveuse, le Golfe, les plates, la godille, l’aviron,l a voile, la liberté, l’évasion. Adolescence tumultueuse maritime. Amour, engagement responsabilité. Mariage, enfants, métier à Paris la semaine, bateau les fins de semaine et vacances.

  • 1968 conférence de Rostand, citoyen du monde pour sortir du nucléaire
  • 1971 le cap rio
  • 1974 victoire solitaire de l’Aurore
  • 72 -76 transat
  • 1981 victoire troisième étape du tour du monde à bord du Morbihan
  • 1979 victoire transat en double avec Gilles Gahinet : la gloire !
  • 1985 arrêt de la competition.

Engagement militant contre les injustices, les centrales nucléaires, les OGM… Pour la liberté, pour la Bretagne réunifiée, pour la culture et la langue bretonnes, pour Diwan, pour la fierté du peuple breton contre les colliers… Pour le collier de l’hermine !

Haut de page

En 2014,
à NANTES

Philippe ABJEAN (1953)

Ul Leonad betek hed an neudenn, studioù prederouriezh ha goude kelenner er C’hameroun hag en I.V. Kreiz-kêr e Kastell- Paol.

Ur mennozh nevez, adsevel, e 1994, “an Dro Breizh” a-dennadoù. Er bloaz 2000 e laka ouzhpenn an hentad arouezius Naoned-Gwened. Bep bloaz e weler tost da 2 000 baleer o kemer penn an hent mojennel aesaet ha skañvaet gant muioc’h a lec’hioù aveiñ hag a lec’hioù relijiel evel chapelioù.

Setu 5 bloaz ‘zo e teu da wir ur raktres digredus e Karnoed; delwennoù bras Sent Breizh, 15 tonennad a bouez e pep hini anezho. 50 a zo bet savet c’hoazh ha 80 000 gweladenner a zo deuet eno e 2013.

Evit adreiñ ur vuhez speredel d’ar chapelioù en deus savet Philippe « Micherourien an Aotrou Doue » ha « Kompagnuned Breizh » evit lakaat tud hag arc’hant er jeu.

Ur raktres divent all a vo boulc’het e 2015 : « Kêriadenn veur ar bed » war degadoù a zevezhioù-arat, gant traoù arouezius eus glad arkitektouriezh ha dizanvez ar bed.

Un vrai Léonard – Études de philosophie, puis enseignement au Cameroun, enfin à N-D du Kreisker à St-Pol-de-Léon.

Une idée novatrice, la renaissance du Tro Breizh, par étapes en 1994. Il y ajoute même, en 2000, un Nantes-Vannes symbolique. Chaque année, près de 2 000 marcheurs reprennent un parcours mythique rendu moins ardu grâce à des ajouts logistiques, ou religieux telles les chapelles.

Voici cinq ans, c’est un projet fou sur le site de Carnoët, avec des statues-menhirs des Saints de Bretagne pesant 15 tonnes en granit – Déjà 50 ont été érigées et 80 000 personnes y ont convergé en 2013.

Pour redonner une vie spirituelle aux chapelles bretonnes, Philippe crée « Les ouvriers du bon dieu » et « les Compagnons de Bretagne » pour mobiliser hommes et financements.

Un autre projet pharaonique va démarrer en 2015 : Le « Grand village du monde » sur plusieurs dizaines d’hectares, avec des éléments emblématiques du patrimoine architectural et immatériel mondial.

Haut de page

Félix et Nicole LE GARREC (1930 & 1942)

Sot-pitilh int o-daou gant ar foto hag ar sinema. Luc’hskeudennerien int bet da gentañ e Ploneour-Lanwern. Labour o deus bet gant Jacques Perrin (evit « Z » gant Costa Gavras); ha goude e kavont fred evit ober kelaouadennoù. E 1969 o deus kenlabouret gant René Vautier hag e e krouont Unvez produiñ sinema Breizh ha diwar se « Avoir vingt ans dans les Aurès » (R. Vautier, 1972. Priz ar filmvarnourien etrebroadel e Cannes) ha « La folle de Toujane » (R. Vautier, kenaozet gant Nicole Le Garrec). 1977 : krouidigezh Filmoù Breizh : filmoù niverus diwar-benn ar Festival Etrekeltiek, Diwan, al laboused saotret gant ar mazout, ar pesketa ha dreist-holl « Des Pierres contre des fusils » stourm Plougoñ, a vo skignet e pep lec’h er Frañs. E 1981 e teu da wir Stal Rannvroel Sinema Breizh (ARC) : eno e stummer filmaozourien yaouank.

Nicole ha Félix o deus graet ivez teulfilmoù niverus, « La galoche », « Les portes du Danube » ha « Per-Jakez Hélias, l’Émerveilleur », hag all.

Des passionnés de photo et de cinéma. D’abord photographes à Ploneour-Lanvern. Jacques Perrin (« Z » de Costa Gavras) les engage ; plus tard viennent des contrats de reportages.

En 1969, l’Unité de production cinéma Bretagne naît de leur rencontre avec René Vautier et donnera le jour à « Avoir vingt ans dans les Aurès » (R. Vautier, 1972. Prix de la critique internationale à Cannes) et à « La folle de Toujane » (R. Vautier, co-réalisé avec Nicole Le Garrec).

1977 : Création de Bretagne Films : nombreux tournages sur le Festival Interceltique, Diwan, les oiseaux mazoutés, la pêche, et surtout « Des pierres contre des fusils », la résistance à Plogoff, qui sera diffusé dans toute la France.

En 1981 c’est l’Atelier régional de Cinéma Bretagne (ARC) qui voit le jour : il formera les jeunes réalisateurs.

Nicole et Félix réaliseront eux-mêmes de nombreux documentaires comme « La Galoche » « Les portes du Danube », et « Pierre Jakez Hélias, l’Èmerveilleur », etc…

Haut de page

Jacqueline LECAUDEY-LE GUEN (1948)

Ur Vretonez an hini eo eus Poissy (78) el lec’h m’emañ o chom abaoe 1958. Merket eo he buhez personel ha micherel gant Breizh. Atav he deus soubet e buhez vreizhek Enez-Frañs asambles gant he gwaz Patrick Lecaudey hag o fevar bugel, holl dañserien ha sonerien hag a laka startijenn e kelc’h Poissy. E-pad ar vakañsoù (e ti an dud-kozh e Kerged pe e Kerbigod e-kichen Susinioù ha goude o marv e ti an eontred ha moerebed e Lokentaz hag e Beg Ruaod, e kemeront perzh e Kelc’h Sarzhav hag e hini Lokentaz.

Bez’ eo ivez Jacqueline unan eus kezeg-labour ar gengevredigezh Kendalc’h en Enez-Frañs.

Merañ a ra, eus he micher, stal Coop Breizh Pariz abaoe 1973.

Met neuze piv a lakao un harz etre he buhez personel hag he hini vicherel ? Jacqueline a zo e pep lec’h, er c’helc’hioù keltiek, e Coop Breizh prest bepred da gelaouiñ, da reiñ alioù, da skoazellañ…. e korn-bro Pariz.

C’est une Bretonne de Poissy (78), où elle réside depuis 1958. Sa vie, tant personnelle que professionnelle, est marquée par la Bretagne.

Baignés dans l’atmosphère bretonne d’Ile-de-France, Jacqueline, son mari, Patrick Lecaudey, et leurs quatre enfants, danseurs et musiciens contribuent à animer le cercle de Poissy. Pendant les vacances (chez les grands-parents à Kerguet où à Kerbigot près de Suscinio et après leur mort, chez les oncles et tantes à Saint-Gildas et à la Pointe du Rhuault), ils pratiquent la danse dans les Cercles de Sarzeau et Saint Gildas.

Jacqueline est également un des piliers de la fédération Kendalc’h en Ile de France.

Sur le plan professionnel, elle gère la librairie Coop Breizh Paris depuis 1973.

Mais, dans son cas, qui saurait fixer les limites entre vie personnelle et vie professionnelle? Jacqueline, à travers cercles celtiques et Coop Breizh est la plaque tournante de toutes les informations bretonnes, conseils, entraides… dans la région parisienne.

Haut de page

Erwan VALLERIE (1944)

E vamm, Simone Kavalan, a oa ur vrezhonegerez eus Montroulez. Pêr, e dad, jeneral ha rezistant, a oa eus Breizh-Uhel, etre Komborn ha Felger. Ezel eus ar CELIB e savas ar strollad breton « Sav Breizh ».

E 1969 emañ Erwan gant Yann Choucq, Xavier Grall, Gwenc’hlan ar Skouezeg hag Alan Gouel e-touez diazezerien Skoazell Vreizh (skoazell d’ar brizonidi bolitikel).

Tremen a ra an aotreegezh vrezhonek e 1981. Kas a ra da benn ur pikol tezenn e brezhoneg, an eil eus ar seurt-se, anvet « Diazezoù studi istorel an anvioù-parrez » a vo embannet e 1995.

Bloaz goude e tizolo un dornskrid gwenedek diembann eus penn kentañ an XXvet kantved en un isrannyezh wenedek, lakaat a ra 10 vloaz d’e studiañ hag e sav ur c’heriaoueg a 3 812 ger.

Dont a ra er-maez e 2003 « Ils sont fous ces Bretons ! », ur bennoberenn fentus-mat gant tresadennoù Nono. Kerkent e ra berzh : 100 000 skouerenn gwerzhet e 2012 ha n’eo ket echu.

Simone Cavalan, sa mère, était morlaisienne et bretonnante. Pierre son père, général et résistant, était du pays gallo, entre Combourg et Fougères. Membre du CELIB, il créa un parti breton « Sav Breizh ».

En 1969, Erwan figure, avec Yann Choucq, Xavier Grall et Gwenc’hlan Le Scouëzec, Alain Guel, parmi les fondateurs de Skoazell Vreizh (aide aux prisonniers politiques).

Il passe sa licence de breton en 1981, entreprend une imposante thèse dans cette langue, la deuxième du genre, intitulée « Traité de toponymie historique de le Bretagne » qui sort en 1995.

L’année suivante il découvre un manuscrit vannetais inédit au début du XXè en sous-dialecte vannetais ; il passe dix ans à l’étudier et en dresse le glossaire des 3 812 mots.

En 2003 paraît « Ils sont fous ces Bretons ! », un chef-d’œuvre d’humour bref, illustré par Nono. Succès immédiat : les 100 000 exemplaires seront atteints en 2012 et la carrière de ce livre n’est pas finie.

Haut de page

En 2013,
à SAINT-NICOLAS-DE-REDON

Père Yves-Pascal CASTEL

Yves-Pascal Castel, prêtre du diocèse de Quimper et de Léon, a manifesté très tôt son intérêt pour le patrimoine, de manière pourrait-on dire viscérale. Né, en 1928, à l’ombre du Kreisker à Saint-Pol-de-Léon, la contemplation prolongée de la flèche « irréprochable et qui ne peut faillir » dressée à deux pas de sa mansarde, n’est pas étrangère à sa vocation de quêteur de patrimoine. La formule « Vous savez écrire, vous pouvez dessiner » le pousse à crayonner. Il ouvre ainsi son carnet aussi bien devant le saint Matthieu de sa cathédrale, que devant la chapelle Saint Charles Borromée à Kérigou Trégondern. Il griffonne ici et là des plans de chapelles mesurés au pas pour situer baies et piliers, vitraux et statues…

Apprentissage sauvage d’où naîtront des engagements particuliers. L’ouvrage de Pierre-Marie Auzas, « L’orfèvrerie religieuse bretonne » (1955) provoque un déclic concrétisé par une belle vitrine d’argenterie ancienne dans le cadre de l’exposition d’art religieux organisée la même année à Pont-Aven, par le recteur Pierre Tuarze. Suivront sa participation aux minutieuses enquêtes suscitées par l’Inventaire général des Monuments et des richesses artistiques de la France, cette « aventure de l’esprit » voulue par André Malraux en 1964. En marge du travail de « généraliste » et encouragé par André Mussat, l’abbé soutiendra à Rennes en 1974 une thèse de doctorat intitulée « Les orfèvres de Brest et de Landerneau, 1600-1850 » (641 pages 117 illustrations).

Autre axe de recherche pour Y.-P. Castel, les croix et calvaires du Finistère, ces monuments sans lesquels la Bretagne ne serait pas ce qu’elle est. Un embryon d’enquête avait vu le jour lorsque Jos Le Doaré lui demanda, en 1957, une brochure sur l’enclos de Saint-Thégonnec. Pour comprendre le calvaire, le chercheur estima alors utile de battre la campagne environnante afin d’élargir la connaissance des « imagiers » bretons, selon le terme porté par nos anciens sculpteurs. Puis, bien plus tard, en 1980, dans le cadre de l’Année du Patrimoine 1980, la Société archéologique du Finistère publiera l’Atlas des Croix et calvaires du Finistère, à partir des trois mille fiches de terrain, collectées avec l’aide du regretté Louis-Pierre Le Maître.

Par ailleurs, on ne compte pas sur le patrimoine les études ponctuelles du quêteur infatigable. Dispersées elles sont accueillies ici ou là : Courrier du Léon-Progrès de Cornouaille, Bulletin de la Société archéologique du Finistère, ArMen, Semaine religieuse du diocèse de Quimper, Chronique de Landévennec, Mélanges offerts à Charpy, Jean Tanguy, Denise Delouche… N’oublions pas les émissions hebdomadaires radiophoniques intitulées « Regards sur… » qui, à la demande d’Yvon Gargam, s’égrènent depuis 1993 sur RCF Rivages (Radios Chrétiennes Francophones).

Terminons par ce « Patrimoine sacré en Bretagne », édité par Coop Breizh, qui somptueusement illustré par Andrew-Paul Sandford condense, en 2006, le fruit d’une fructueuse quête qui n’est d’ailleurs pas terminée grâce à la collaboration d’un autre photographe, Joël Lubin, qui survole le patrimoine breton avec passion.

Haut de page

Tangi Louarn

Une imprégnation bretonne précoce

Né à Paris, il a été élevé en breton par ses parents Alan Louarn et Noëlla Olier. L’été se passe en famille dans le Cap Sizun de ses grands-parents où il retrouve un milieu brittophone. Il participe au Kamp etrekeltiek ar Vrezhonegerien (Camp interceltique des Bretonnants), école d’été en breton et lieu de rencontre et d’échanges avec des acteurs culturels bretons et des pays celtiques : écrivains, poètes, chanteurs, musiciens…

A 9 ans, avec son frère Malo, il intègre comme pensionnaire la première (et éphémère) école bilingue français/breton, Skol Sant-Erwan, à Plouezec (22). Ensuite, tous deux poursuivront leurs études secondaires à Lannion, puis Rennes. Tangi effectue son cursus supérieur en Economie et, après succès aux concours, choisit le métier de contrôleur puis d’inspecteur du travail et milite activement à différents niveaux de la CFDT pour « vivre, travailler et décider au pays ».

Un responsable fédérateur

En 1969, il participe à la fondation de l’organisation Skol an Emsav (« École de la Résistance »), pour développer un réseau de centres et de stages de formation militante s’inspirant des méthodes activistes des Gallois de Cymdeithas Yr Iaith Gymraeg. Le but est de vivre, travailler, revendiquer et créer les outils de vie sociale en langue bretonne dans tous les domaines.

En 1977, il participe à la création de l’association Diwan d’écoles en langue bretonne avec Reun ‘n Ostiz, Anna-Vari Chapalain, Jean-Christophe Bozec, Gweltaz Ar Fur, Annaig Kervella, Herve Latimier et nombre d’autres militants jeunes parents.

Proche du PSU Bretagne et de l’UDB, il est secrétaire du Front Culturel Progressiste Breton (1979) et président de « Pour que vivent nos langues » (2000) au niveau français. En 2005, il est président du Comité français du BELMR (Bureau européen des langues moins répandues), et membre du Bureau au niveau européen. Il participe à la création du « Network to Promote Linguistic Diversity ». En 2009, il est élu président de Kevre Breizh, coordination culturelle associative qui reprend la vocation de l’ancien Conseil culturel de Bretagne (CCB) associatif, après la création par la Région d’un nouveau CCB devenu une chambre consultative régionale élargie.

En 2012, il crée, avec des représentants de différents pays, une nouvelle ONG, ELEN (Réseau Européen pour l’Égalité des Langues) qui milite pour une Europe reconnaissant la diversité des langues et les droits de leurs locuteurs et entend porter la revendication de la société civile auprès des États, de l’Union Européenne, du Conseil de l’Europe et des Nations Unies, tout en agissant toujours sur le terrain local.

Publications

  • Les langues régionales ou minoritaires dans la République : actes du colloque, Rennes, 15 février 2002 Textes réunis par Henri Giordan et Tangi Louarn (IEO éditions)
  • Diwan, école publique bretonne – Fascicule corédigé (Diwan 2000)
  • La France et la négation des droits culturels humains fondamentaux – Minorités européennes, unissez-vous
  • Edité par Csaba Tabajdi, Parlement Européen, 2009 – Fascicule complété (EBLUL-France et CCB 2009)
  • Les facteurs culturels de la revitalisation régionale en Bretagne (en japonais et français)
  • Colloque université de Kagoshima, Facteurs culturels de la revitalisation régionale en pays celtiques – 2010
  • Revitalisation de la langue et de la culture en Bretagne – Breizh, azginivelezh ur yezh hag ur sevenadur, Tokyo, Joshibi university of art and design 2010.
  • Les associations, acteurs essentiels ou alibi ?
  • Actes du colloque « langues et cultures régionales de France, dix ans après » à la Sorbonne, l’Harmattan 2011.
  • Différents rapports, auprès du Comité du Pacte des droits économiques, sociaux et culturels, du comité de lutte contre le racisme des Nations Unies.

Haut de page

Martial Ménard

Martial Ménard, né en 1951 à Paris de parents bretons, est un linguiste, lexicographe, éditeur et chroniqueur à Ouest-France dimanche, considéré comme l’un des meilleurs spécialistes de la langue bretonne.

Son parcours scolaire se conclut en 1969 sur deux CAP de cuisinier et de pâtissier. Après quelques années professionnelles à Paris, il décide de s’établir en Bretagne, non sans avoir d’abord appris le breton, ce qu’il fait en 9 mois. A Quimper, il rejoint Skol an Emsav, puis les militants du FLB-ARB, ce qui lui vaudra d’être incarcéré deux ans à Fleury-Mérogis et à Fresnes. Il met à profit cette incarcération pour étudier à fond la langue bretonne et l’enseigner à ses co-détenus politiques bretons.

Amnistié en 1981 par F. Mitterrand, il se consacre désormais uniquement à l’action culturelle la plus positive et constructive qui soit. Il vit ainsi plusieurs vies successives à l’impact croissant.

Enseignant
Instituteur dans une école Diwan à Plomelin et à Quimper.
Editeur

Il fonde en 1983 et dirige jusqu’en 2005 An Here, maison d’édition spécialisée dans les livres de jeunesse en breton. Avec Jean-Yves Lagadec, il codirige en 1995 l’édition par An Here du premier dictionnaire monolingue breton, Geriadur brezhoneg, monument de 1 232 pages. Il publie en 1998 Mémoires d’un paysan bas-breton de Jean-Marie Déguignet, succès de librairie inattendu. Si les éditions An Here ont disparu en novembre 2005 malgré une diversification vers l’édition en français pour les adultes, le fonds des éditions Al Liamm qu’elles géraient a été repris par celles-ci.

Comme directeur et rédacteur de l’hebdomadaire Bretagne Info (Breizh-Info), il est le premier à révéler la mainmise d’un membre du bureau du Front National, Fernand Le Rachinel, sur l’imprimerie briochine Les Presses bretonnes, où ce dernier imprimait Révision, revue négationniste d’Alain Guionnet. Cela lui vaut un procès gagné à l’audience du 26 juin 1997 du tribunal correctionnel de Saint-Brieuc.

Depuis septembre 1998, il tient dans Ouest-France dimanche la rubrique A la petite école du breton d’initiation à la langue bretonne par une approche simple et concrète. Il a été vice-président de l’Association des éditeurs bretons et président de la section Langue et linguistique de l’Institut culturel de Bretagne. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur la langue bretonne.

Lexicographe de la langue bretonne

Depuis plus de 30 ans il collecte les mots, locutions et autres proverbes et expressions dans tout ce qui a été publié en breton. Il collecte également sur le terrain. C’est ainsi des milliers de pages de termes qui sont classés sur le modèle du Dictionnaire historique du breton de Roparz Hemon (Geriadur istorel ar brezhoneg). Grâce à ce travail, il est devenu l’un des meilleurs lexicographes de la langue bretonne.

Parallèlement à la coordination et à la rédaction des deux premiers dictionnaires monolingues (1995, réédité 2001 avec plus de 20 000 entrées), il publie des guides d’initiation, des florilèges d’expressions populaires et explore des domaines linguistiques moins étudiés comme ceux du sexe (Alc’hwez bras ar baradoz vihan) et des injures. Il est aussi, avec Herve Le Bihan et Gwendal Denez, l’auteur du Breton pour les nuls et a publié un dictionnaire pour la jeunesse (Mon premier dictionnaire breton-français) aux éditions Coop Breizh.

Il publie aux éditions Palantines en 2012, un dictionnaire français-breton de plus de 48 500 entrées qui est le second dans l’histoire de cette catégorie après l’ouvrage de François Vallée, le Grand dictionnaire français-breton, paru en 1931.

Dans son avant-propos, Martial place son travail dans l’esprit des travaux de François Vallée et de Roparz Hemon : proposer un dictionnaire adapté aux besoins d’aujourd’hui et de demain. Une langue qui ne crée pas, dit-il, est une langue qui meurt. Une place importante a donc été donnée aux nombreux néologismes créés depuis une cinquantaine d’années pour refléter les nouveaux champs techniques et scientifiques. Les termes internationaux y ont également toute leur place. Par ailleurs, les noms d’animaux et de plantes y sont normalisés à partir des listes publiées par l’Office public de la langue bretonne, de même que la nomenclature bilingue des communes bretonnes. Cet ouvrage se révèle d’ores et déjà de la plus grande utilité !

Haut de page

Jean-Jacques Monnier

Jean-Jacques Monnier est né en 1944, près de Londres, ses parents s’étant engagés dans les Forces Françaises libres. Elevé par ses grands-parents à Saint-Brieuc, il fait des études supérieures d’histoire-géographie à Rennes où les cours de Michel Phlipponneau le sensibilisent à la question du développement de la Bretagne.

Il rejoint la Jeunesse étudiante chrétienne puis entre à l’Union Démocratique Bretonne à l’âge de 20 ans et écrit régulièrement dès 1965 dans la revue mensuelle grand public éditée par ce parti, Le peuple breton, depuis près d’un demi-siècle, s’attachant notamment à promouvoir les éditions bretonnes. Il devient aussi membre du mouvement culturel Ar Falz fondé en 1955 par Yann Sohier. Il fut le directeur du « Peuple breton » de 1984 à 1992.

Enseignant, il contribue à forger les outils nécessaires à l’enseignement de l’histoire de Bretagne comme co-auteur et coordinateur de la commission « Histoire » des Editions Skol Vreizh, qui publiera une trentaine d’ouvrages. Il enseigne à Paris, Rennes, Tréguier, Lannion, Nantes et aux étudiants en journalisme de l’IUT de Lannion pendant les dix dernières années de sa carrière. Le bilan en est impreesionnant : 26 ouvrages vendus à 160 000 exemplaires.

Sous la conduite de Michel Phlipponneau, Jean-Jacques Monnier avait déjà réalisé avec trois autres étudiants, une étude de Maîtrise de géographie, sur le Comportement politique des Bretons (1945-1993), thème repris pour sa thèse d’Etat soutenue en 1993 Devenu un spécialiste reconnu de l’histoire contemporaine bretonne, il intervient dans de nombreux colloques. Comme conseiller municipal de Lannion depuis 1989, il ne manque aucune occasion de défendre et de promouvoir la culture bretonne.

Parmi ses ouvrages personnels, a été notamment remarqué « Résistance et conscience bretonne (1940-1945) : l’hermine contre la croix gammée » (Yoran Embanner, décembre 2007).

Aujourd’hui, son effort principal consiste à vulgariser l’histoire de Bretagne auprès de nouveaux publics, notamment les jeunes, non seulement via des conférences et des articles dans la presse générale et locale et les revues, mais grâce à de nouveaux moyens novateurs : émissions de radio, livres-CD, DVD, conférences-spectacles donnant aux jeunes un accès ludique à l’histoire bretonne….

Désireux d’amplifier encore la connaissance de l’histoire bretonne chez les jeunes, il a mené à bien un imposant chantier, celui d’un DVD de 22 séquences d’histoire de la Bretagne réparties sur 4 CD, d’une durée de 5 heures. Réalisé avec la collaboration technique du producteur de radio Olivier Caillebot, en deux versions linguistiques breton-français, il est prévu qu’il soit disponible également sur Internet. Intitulé « Histoire de Bretagne pour tous : de – 700 000 à nos jours », il est sorti en octobre 2011dans la collection « Audio-livre » de Skol Vreizh.

Haut de page

En 2012,
à GUINGAMP

Albert Boché

Né à Kergwigno en Ploerdut, en 1927, Albert a été confronté aux langues dès sa petite enfance. Le breton partout sauf à l’école où le français est imposé. Mais il a déjà appris à le lire avant même d’aller à l’école. Et cette curiosité pour les langues ne le quittera, renforcée par son goût des voyages !

Adepte des stages Ar Falz, il saisit toutes les opportunités dans son métier d’enseignant pour introduire le breton (chansons, cours de breton, explication de la toponymie…) et crée avec Tugdual Kalvez l’association des instituteurs laïcs bretons (IPLB) afin d’améliorer le niveau en breton des enseignants.

Sans oublier la création du vocabulaire nécessaire pour répondre aux besoins contemporains.

Et il ne se prive pas d’utiliser les moyens modernes, telles ses chroniques sur Radio-Vannes, dans les années 70 avec Robert Duplessis, où sa maîtrise de la langue et son sens de la pédagogie lui permettent d’être parfaitement compris tant des locuteurs de naissance que des néo-bretonnants. Et cela se poursuit depuis 2006 avec les cours d’initiation au breton sur Radio bro-Gwened. De même, il continue à enrichir le vocabulaire breton dans le cadre de la section langue et linguistique de l’ICB (mise à jour du dictionnaire Ropaz Hemon), faire des conférences, et son plaisir du beau parler l’entraîne au Kan ar Bobl et à son prix de déclamation… Un homme discret ! Une vie orientée vers la langue bretonne !

Haut de page

Yves Lainé

Pour lui, comme pour beaucoup d’autres, l’émigration et la découverte de Morvan Lebesque l’amènent à la question bretonne… par le biais de l’économie, en tant que directeur commercial du port de Nantes-St-Nazaire : adhésion au CELIB en 1971, un livre « Europe, rends-nous la mer ! », la liaison Montoire-Vigo, préfiguration de l’autoroute de la mer…

Puis lancement avec Yann Poupinot et présidence de B5, l’ancêtre du CUAB et de Bretagne Réunie, avec un argumentaire déjà basé sur une démonstration économique et chiffrée.

Et l’aventure de Brittany Ferries et de la multiplication de ses lignes à partir de 1976 et pour 21 ans.

Toujours avec le souci de la réunification des 5 départements, y compris en rallongeant le Tro Breizh d’une étape non historique en le faisant passer par Nantes, il sort un nouveau livre « L’ambition de Bretagne d’un Nantais ».

Après la géopolitique, ce seront plusieurs romans à partir de l’histoire familiale. Mais toujours le même engagement : Yves devient président de l’association des écrivains bretons, tout en continuant son travail au sein de la section Droit et Institutions de l’Institut Culturel. Et les projets continuent à fuser : faire de Nantes un port Jules Verne, faire renaître un pont transbordeur… et toujours s’appuyer sur les valeurs de solidarité, d’innovation et d’impertinence des Bretons (encore qu’il les trouve pas assez impertinents à son goût !).

Et, en regardant en arrière, « l’impression d’avoir été en permanence dans une citadelle assiégée où il faut passer de créneau en créneau pour donner un coup de main »…

Haut de page

Ivonig Le Merdy

Tombée dans la marmite bretonne dès son enfance (« Breizh hor bro » et Cercle celtique de Plouyé où, toute jeune elle attrape le virus de la prise de responsabilités) et un petit passage par l’émigration à Paris (le cœur a ses raisons…).

De retour en Bretagne, c’est l’engrenage : Comité Skoazell Diwan an Oriant, présidence de l’école Diwan de Lorient pendant 10 ans, Bureau Diwan Breizh….

Et l’aventure de la librairie bretonne Coop Breizh à Lorient : les mêmes contraintes que n’importe quel commerce, mais aussi un carrefour d’informations, de rencontres, d’idées, d’initiatives et la nécessité de bien connaître livres et disques vendus… et l’accueil en breton, bien sûr !

C’est aussi l’acceptation de la présidence (une vingtaine d’années) d’Emglev bro an Oriant, un autre carrefour, la synergie entre les associations bretonnes du pays, le relais incontournable de l’animation culturelle en pays de Lorient , avec des temps forts comme les « deiziou » (2 mois de programmations dans toutes les communes du pays), l’organisation de conférences tout au long de l’année avec l’Université populaire bretonne et une semaine complète lors du Festival interceltique, les actions pour le développement du breton avec ce que cela suppose de vigilance perpétuelle pour assurer un bilinguisme visible, celles pour la découverte des danses dans les écoles. A tel point qu’Emglev bro an Oriant est devenu un exemple qui inspire bien d’autres communes…

C’est également la participation et le travail de concertation entre le monde associatif et les responsables institutionnels locaux (Cap Lorient, Comité de développement du pays de Lorient, commission pour la mise en place de panneaux de signalisation bilingues…). La délicate alchimie d’entretenir de bons contacts avec tous, sans exclusive, et d’être sur tous les fronts à la fois !

Haut de page

Les frères Morvan (François, Henri, Yvon)

« Il faut trouver environ 200 bénévoles pour la fête des 40 ans de chanson des frères Morvan. 80% des bénéfices éventuels iront aux écoles Diwan, 20% à la réfection de la chapelle de Burthulet. Plusieurs dizaines de musiciens viendront honorer ces trois frères, symboles d’une musique bretonne bien vivante ».

C’était début 1998… et, ce petit tract nous dit tout, ou presque !

La totalité d’une vie consacrée, après le travail à la ferme, au plaisir de chanter, animer, à la volonté de transmettre, fidèlement et sans concession, le répertoire et le style tenus de leurs aînés, de « la mère »… Un plaisir ? Certainement… mais peu importe aux bêtes de la ferme que les frères soient rentrés à 2, 3 ou 4 heures du matin… Au lever du jour, elles sauront leur rappeler !

L’esprit de bénévolat qui les anime. Le refus d’être considérés comme des vedettes.

L’importance sociétale de ces moments de partage et de convivialité. Tout le contraire de la culture de paillettes ou d’esbroufe. Tout le contraire de la culture « hors-sol ». Et sans oublier, en particulier depuis qu’ils sont en retraite, les animations multiples qu’ils vont faire dans les maisons de retraites pour le plus grand plaisir de personnes qui ont… leur âge.

La reconnaissance spontanée et amicale de plusieurs générations de sonneurs, chanteurs et danseurs qui se font une joie de leur faire la fête !

Chacun sait l’importance qu’ont pu avoir les festoù-noz dans la vie culturelle bretonne, dans son évolution tout au long de la deuxième moitié du XXème siècle. Et chacun sait la contribution apportée par les Frères Morvan.

Haut de page

En 2011,
à Quimper

Andrea AR GOUILH

Andrea ar Gouilh chantait déjà quand elle était enfant à Pluguffan, et plus encore quand elle était adolescente, aussi bien à la maison qu’à l’église et à chaque occasion comme les pardons, les mariages etc.

Elle n’a jamais été chanteuse professionnelle. Elle a fait des études pour s’occuper des jeunes enfants, les enfants des écoles maternelles : elle a été « Jardinière d’enfants spécialisée ».

En 1955, elle suit les fêtes du « Bleun-brug » et participe aux concours qui y sont organisés. Elle gagne trois fois de suite le premier prix : en 1956, 57, 58.

En 1958 elle va à Paris pour deux années d’études. Cette époque est très utile pour elle par les contacts qu’elle a engendrés : elle est en effet membre de J.E.B. (Jeunesse Etudiante Bretonne) et du cercle celtique « Jabadao ». Elle découvre le « Barzaz Breiz » et des chansons traditionnelles du Pays Vannetais grâce à des personnes comme Donatien Laurent, Yvon Palamour, Gwenole ar Menn… Elle rencontre aussi George Cochevelou, le père d’Alan Stivell, qui lui demande de chanter accompagné par son fils à la harpe. Un an plus tard paraissent les premiers disques de « Mouezh Breizh ».

Depuis cette période elle a chanté, en Bretagne et à l’étranger, les gwerzioù du « Barzaz Breiz » bien sûr, mais aussi d’autres chansons écrites par Roparzh Hemon, Abeozen, Pierre-Jakez Hélias, sur une musique de Jeff Le Penven ou Polig Montjarret. Elle interprète aussi Glenmor et Youenn Gwernig.

Elle a chanté au Japon en 1976, mais surtout dans les pays celtiques : Irlande (Celtavision à Killarney), Pays de Galles, Ecosse, dans des congrès celtiques, également en Suisse, Allemagne, Autriche, Tchéquie, et en 2007 à Kyzyl, capitale de la République de Touva, en Sibérie.

Haut de page

André POCHON

André Pochon est né an 1931 dans les Côtes d’Armor. A 16 ans, il décide d’interrompre ses études, et de se consacrer à la terre. Il seconde ses parents agriculteurs, et découvre la J.A.C (Jeunesse Agricole Chrétienne). Les principes de ce mouvement seront ses guides : Voir, Juger, Agir.

En 1954, il s’installe avec son épouse, sur une exploitation de 9 Ha à St Mayeux. Avec 17 agriculteurs du canton, il participe à la création du Centre d’Etudes Techniques Agricoles (CETA) de Corlay. Il s’engage alors à fond dans un travail collectif de mise en commun des recherches, des réussites, et des échecs, permettant un progrès technique et humain considérable.

Il met au point dans son CETA un système d’exploitation fondé sur la prairie à base de trèfle blanc et de ray-gras : la Méthode Pochon.En 1975 il achète une ferme de 25 Ha à St Bihy. Il y poursuivra ses recherches, ses expérimentations, et améliorera sa réussite technique et économique.

En 1982, avec quelques amis, il fonde le CEDAPA (Centre d’Etudes pour le Développement d’une Agriculture Plus Autonome).Il y prenait à la lettre les conclusions du rapport de J. Poly (1979) qui n’étaient, évidemment, pas partagées par la profession agricole en général. La même année, il est évincé des organisations professionnelles du fait de ses positions à contre courant des cultures de maïs-fourrage, et des élevages hors sol.

Mais il rejoignait les orientations de tous les opposants au gaspillage des ressources énergétiques naturelles et à la pollution des eaux.

André Pochon fut très souvent sollicité par les médias : presse écrite et télévisuelle (émissions de « la marche du siècle » et « d’envoyé spécial »).

Il a sillonné toutes les régions, devant tout public, pour porter lui-même son message. Il a aussi été appelé au Brésil, au Canada, Belgique, Suisse, Autriche, Angleterre, Espagne…

Et bien entendu dans toutes les écoles d’agriculture.André Pochon est diplômé de l’Académie d’Agriculture, et chevalier de la Légion d’Honneur.
Il est vice-président de l’Association Vivarmor Nature des Côtes d’Armor.Il est l’auteur des ouvrages suivants :
1982: La Prairie Temporaire à base de trèfle blanc.
1991 : Du champ à la Source – Préf. J. C. Pierre.
1998 : Les champs du possible – Préf. Michel Jacquot.
2006 : Les Sillons de la colère – Préf. Jean-Marie Pelt.
2008 : Agronomes et Paysans : un dialogue fructueux – Préf. C. Béranger, Dir. honor. de l’INRA.
2009 : Le scandale de la vache folle – Préf. Nicolas Hulot.an

Haut de page

Yann CHOUCQ

Yann CHOUCQ est né le 11 avril 1946 à Nantes d’un père nantais fonctionnaire et d’une mère belle-iloise institutrice. C’est dans cette ville qu’il va en classe primaire, à Talence, annexe du lycée G. Guist’hau. De 1955 à 1960, il est exilé chez les Gascons où il découvre l’occitan, dénommé patois, et parallèlement sa bretonnité par la différence d’accent avec ses petits camarades de classe.

L’exil se poursuit de 1960 à 1976 en région parisienne. Il y fait ses études secondaires au lycée Lakanal à Sceaux et obtient un baccalauréat en philosophie. Grâce à Bernard Audic, il découvre le militantisme breton. Il participe à la fondation du Cercle celtique de Sceaux « Da Virviken ». Il poursuit des études de Droit à Paris tout en participant, à la même époque, au groupe Sav Breizh. En 1969, avec Gwenc’hlan Le Scouezec, Xavier Grall et l’aide proche d’Erwan Vallerie, Per Roy et quelques autres, il participe à la création de Skoazell Vreizh, après la vague d’arrestations de militants en Bretagne. Il rencontre à cette occasion Henri Leclerc qui va prendre en charge leur défense. Le 8 décembre 1971, il prête serment et devient avocat au Barreau de Paris. Une nouvelle vague d’arrestations a lieu en Bretagne en février 1972, et il rentre au cabinet d’Henri Leclerc pour suivre le dossier à ses côtés. En octobre 1972, il participe à la défense des militants bretons devant la Cour de Sûreté de l’Etat, puis, entre 1972 et 1975, à celle des militants basques et catalans en lutte armée contre le régime franquiste. Il effectue également des missions en Amérique latine sous mandat de la Fédération Internationale des Droits de l’Homme.

A partir de 1976, année où il est inscrit au Barreau de Nantes, il n’a de cesse d’assurer la défense pénale des militants bretons poursuivis pour leur activité devant la Cour de Sûreté de l’Etat puis devant la Cour d’Assises Spéciale de Paris et devant les Tribunaux Correctionnels de Bretagne. En 1980, il est membre du Conseil de l’Ordre des Avocats au Barreau de Nantes. Cette même année, il est sanctionné en flagrant délit d’audience par le Tribunal de Quimper pour avoir fait remarquer à l’audience que le seul des manifestants contre la centrale nucléaire de Plogoff arrêtés ce jour-là qui n’avait pas été poursuivi était le proche parent d’un magistrat du Parquet. La Cour d’Appel de Rennes annule la sanction après une grève générale des avocats. Ceci aboutit en 1982 à la réforme du serment d’avocat et la prohibition faite aux Juges de s’immiscer dans les poursuites disciplinaires contre les avocats.

En 1982, il participe à la fondation du mouvement politique Emgann. Entre 1982 et 1994, il défend les militants du pays basque Nord. En 1986, il devient administrateur pour le Barreau de Nantes du Centre de Formation Professionnelle des Avocats du ressort de la Cour d’Appel de Rennes. En 1986, il participe à la 1ère Conférence des Nations sans Etat d’Europe, participation qui se poursuit à ce jour. Il collabore de manière permanente avec le CIEMEN (Centre Internacional Escarré per a les minories ètniques i les nacions) à Barcelone dans son travail de conceptualisation et de promotion des droits des peuples et des cultures. En 1993 et 1994, il est membre du Bureau National du Syndicat des Avocats de France. De 1998 à 2000, il est président du CRFPA (Centre Régional de Formation Professionnelle des Avocats) de Rennes. En 2007 et 2008, il participe au mouvement contre la réforme de la carte judiciaire qui prévoyait de soustraire la Loire Atlantique au ressort de la Cour de Rennes. En février 2011, il prend part à l’Espace des Droits Collectifs des Peuples au Forum Social Mondial de Dakar.

Haut de page

Joseph LE BIHAN

Joseph LE BIHAN est né le 12 mars 1930 à Locarn, dans une famille très modeste, mais ouverte sur l’école et la formation.

Il a appris le français à l’âge de sept ans à l’Ecole primaire de Locarn.

Il a poursuivi ses études secondaires dans l’enseignement catholique et public. Grâce au soutien « d’une micro diaspora familiale », il a poursuivi ses études dans l’enseignement supérieur à Rennes, puis surtout à Paris, à l’Institut d’études Politiques (section internationale), à l’Ecole pratique des Hautes Etudes (6ème Section histoire) et enfin à l’Institut de statistique (ISUP).

Il a fait une première carrière professionnelle à l’INRA (Institut National de la recherche agronomique – section Economie). Il a été le directeur fondateur du Laboratoire de recherches prospectives implanté à Massy comprenant une centaine de collaborateurs de 1965 à 1973. Pendant cette période, il a effectué de nombreuses missions à l’étranger, notamment comme expert auprès des Communautés européennes, de l’OCDE, de la FAO et même du Gouvernement Hongrois en 1962 !

En 1973, il a modifié sa trajectoire professionnelle. Après un cycle complet de formation à la Rand (USA), il rejoint l’Ecole des Hautes Etudes Commerciales (HEC), comme enseignant dans le programme MBA de l’ISA, puis comme Professeur coordinateur d’une spécialisation internationale des Ingénieurs d’affaires.

De 1975 à 1990, il a contribué à la formation de quelques 200 élèves ayant déjà une première expérience professionnelle, dont le tiers environ d’origine étrangère (Chine, Corée, Israël, Maroc, Canada, en majorité). Chargé également des Enseignements de défense économique à HEC ISA dans le cadre d’une convention avec l’IHEDN (l’Institut des Hautes Etudes de défense Nationale), Joseph a été pendant cinq ans Coordinateur Européen des travaux du National strategic information Center de l’Université de Georgetown (Washington) autour du « Cercle Argos d’information internationale » supporté financièrement par des grandes entreprises Européennes.

Parallèlement, il a eu la responsabilité de l’initiation à la culture internationale des futurs cadres expatriés au sein du CRC (Centre de Recherches des Chefs d’Entreprises) de Jouy-en-Josas.

Il a été également directeur de recherches à l’Université de Paris IX Dauphine, agréé pour la direction de thèses de doctorat dans le domaine du marketing international.

Enfin, il a été un membre actif de la première génération des Experts du réseau APM (Association pour le progrès du Management).

Pendant cette période, il a effectué régulièrement des missions d’accompagnement des entreprises françaises à l’international, tout en participant parallèlement à des courtes périodes de formations dans des Universités étrangères : par exemple, Corée du Sud, Japon, Egypte, Irak, Maroc, URSS, RDA, USA, Canada, et surtout au Mexique.

à la fin de cette période de grande activité internationale, et suite au décès de sa mère, Joseph a décidé de retourner en Bretagne pour transférer une courbe d’expérience assez exceptionnelle aux futurs entrepreneurs bretons. Ce fut l’origine d’une autre aventure, en coopération avec un autre aventurier breton de très grande envergure, Jean-Pierre Le Roch, qui a débouché sur la création de l’Institut de Locarn.

Cette création se diversifie et se consolide sous la présidence d’Alain Glon, un autre leader et remueur d’idées, répondant aux nouveaux défis qui s’annoncent. Mais cette fois, il ne s’agit plus seulement de rattraper des retards, mais d’investir des projets inédits et spécifiques. Le sel de l’aventure d’aujourd’hui est plus que jamais, l’imagination créatrice et le courage, voire la témérité. Dorénavant, il faut oser.

Haut de page

En 2010,
à Lorient

André CHEDEVILLE

André Chédeville est né le 10 juillet 1935 dans le XIVe arrondissement de Paris. Arrivé à Nantes en juin 1940, il fait ses études secondaires au Lycée Clémenceau avant de poursuivre par des études supérieures d’histoire à l’Institut des Lettres de Nantes. L’histoire est son domaine de prédilection, il passe avec succès son agrégation dans ce domaine avant d’être nommé professeur en lycée, successivement à Saint-Brieuc en août 1957, puis à Rennes en janvier 1959.

Il se marie à Marie-Thérèse Corlay à Guingamp le 15 mars 1959. En juin de la même année il obtient le certificat de licence libre « Histoire de Bretagne ». Après avoir effectué ses obligations militaires d’août 1960 à septembre 1962, il devient assistant d’histoire médiévale à la Faculté des Lettres de Rennes en 1963, puis maître assistant en 1964. Il assure alors un enseignement d’histoire médiévale jusqu’à sa retraite.

En 1972 à Paris, il obtient un doctorat d’Etat sur « Chartres et ses campagnes, XIe-XIIIe siècle » puis devient professeur d’histoire médiévale à l’Université de Rennes II en 1973. Il est successivement directeur de l’UFR d’histoire de 1968 à 1976 puis du département d’histoire de 1989 à 1993 et vice-président de l’Université de 1991 à 1995.

Auteur de nombreux ouvrages et d’articles sur l’Histoire de Bretagne, il dirige aux éditions Ouest-France, de 1986 à 2007, une Histoire de Bretagne prévue initialement en 8 volumes et qui en comptera finalement 12 !

Très actif, ce passionné occupe également les fonctions de président de la Fédération des Sociétés Historiques de Bretagne de 1986 à 2007.

Professeur émérite en septembre 1996, il devient alors membre de l’Institut Culturel de Bretagne à la section histoire jusqu’en 2008. Il nous a quittés le 12 juin 2010.

Haut de page

Catherine LATOUR

Née le 25 novembre 1948 à Paris, Catherine Latour entre dans le mouvement culturel breton grâce à son oncle Jean-Louis Latour, alors secrétaire général de Kendalc’h, et à sa femme Marie-Christine.

Elle suit son premier stage organisé par Kendalc’h en 1961 sous la direction de Bernard de Parades. Elle adhère en 1964 à l’association Korollerien Breiz Izel, puis rejoint l’association Dugelez Breiz des Lilas, aux convictions bretonnes plus affirmées.

Elle représente Dugelez Breiz au sein de la Fédération des Bretons de Paris et de Bodadeg ar Sonerien. Vice-présidente de l’association jusqu’à son départ en Bretagne en 1982, elle suit régulièrement les activités des associations bretonnes de Paris et bien d’autres actions comme celles de Skoazell Vreizh.

Elle passe le Diplôme de Culture Bretonne mis en place par Kendalc’h et participe à la vie de l’association dont elle tient les comptes. Sur un de ses premiers salaires elle prélève quelques centaines de francs pour être actionnaire de Coop Breizh. En 1979, bien que résidant toujours à Paris, elle entre au Conseil d’Administration de Kendalc’h Bretagne. Cette même année, elle rentre, comme ovate, au Collège des Druides, Bardes et Ovates de Bretagne. En 1981, elle devient secrétaire de Kendalc’h Paris.

C’est aussi à cette époque qu’elle commence à aider Robert Le Grand à tenir des stands de livres et disques en Bretagne, dans les fêtes de l’été. Kendalc’h a besoin d’une personne qualifiée pour tenir la comptabilité et l’administration du Centre Ti-Kendalc’h. En 1982, elle accepte la proposition de Jean Guého de venir travailler à Ti-Kendalc’h. Malgré les conséquences financières, cette proposition lui permet de réaliser son rêve : revenir travailler et vivre en Bretagne. Dès son arrivée elle adhère, à titre individuel, à l’Institut Culturel.

Les difficultés financières de Ti-Kendalc’h, obligent à son licenciement en 1984, mais elle redevient administratrice de Kendalc’h et fait bénévolement la comptabilité de Ti-Kendalc’h jusqu’en 1998. En 2006, elle prend la présidence de Kendalc’h et, à ce titre, entre au Conseil culturel de Bretagne.

Depuis 2009 elle participe aux travaux de mise en place du nouveau Conseil culturel de Bretagne voulu par Jean-Yves Le Drian. Elle y est élue vice-présidente au titre des deux confédérations, War’l Leur et Kendalc’h, et de la Fédération BAS.

Haut de page

Annaig RENAULT

Née à Paris, où ses parents étaient venus faire leurs études supérieures puis restés travailler, Annaig Renault baigne, dès l’enfance, dans les milieux de la culture bretonne. Elle participe au mouvement scout Bleimor d’où sont issus bon nombre d’artistes, de chercheurs et de responsables associatifs. Elle y découvre le plaisir de la création, très prônée auprès des membres, ainsi que le bonheur de la musique en commun, bonheur qu’elle prolongera plus tard par la pratique, à titre personnel, de la harpe celtique sur un instrument construit pour elle par Georges Cochevelou.

A l’instigation de ses parents et sous la houlette d’Ivona Galbrun, elle débute, à sept ans, l’étude du breton au centre Kêr-Vreiz, rue Saint-Placide. Elle poursuivra plus tard son apprentissage auprès de Yann Kerlann, puis grâce aux stages de KEAV et à l’enseignement de l’université Rennes2. A vingt ans, elle quitte Paris pour la Bretagne et devient, dans les années 80, directrice adjointe du Centre de la Briantais à Saint-Malo, organisant des rencontres avec des écrivains, des philosophes, des artistes et des scientifiques. Elle y débutera l’étude de l’hébreu biblique qu’elle poursuit toujours avec le plus vif intérêt car il lui parait vital de croiser les cultures, les langues et leurs façons de dire le monde. Annaig Renault sera, de 1991 à 2000, secrétaire générale de l’Institut Culturel de Bretagne. Aux côtés de Bernard Le Nail, elle participera à la vie des sections, à l’organisation de colloques et de salons du Livre, en Bretagne, à Paris, à l’étranger, y animant souvent des rencontres avec quelques auteurs.

Elle aura, plusieurs fois, l’occasion de présenter à l’Eisteddfod national du Pays de Galles des ouvrages en langue bretonne sur un stand géré par l’Institut. Ce dernier faisant, à l’époque, office de Centre Régional du Livre, elle aura régulièrement l’occasion d’échanger avec les structures hexagonales qui travaillaient alors au développement des métiers du Livre.

Titulaire d’un doctorat d’Etudes Celtiques consacré à l’œuvre du poète Maodez Glanndour, elle est, elle-même, écrivain de langue bretonne. Ses publications, romans, nouvelles et textes poétiques lui ont valu le prix Pêr Roy et le prix Imram. Plusieurs de ses nouvelles ont été traduites en gallois par Rhisiart Hincks, de l’université d’Aberystwyth.

Son dernier ouvrage, Le Dieu Vagabond, récit en français, paraîtra en octobre 2010 aux éditions Diabase. Elle travaille actuellement à l’Histoire du mouvement scout Bleimor à la demande de ceux qui l’avaient initié. Ceux-ci souhaitent, en effet, témoigner aujourd’hui d’une page méconnue des initiatives bretonnes en région parisienne.

Haut de page

Donatien LAURENT

Donatien Laurent, de souche brestoise et nantaise – d’où son prénom – est né le 27 septembre 1935 à Belfort d’un père ingénieur polytechnicien, herminé en 1991, et d’une mère grande lectrice et musicienne. Petit parisien à partir de 1940, il s’imprègne de langue bretonne avec les employés bretons de l’école Bossuet, suit les cours de Kerlann à Ker Vreiz puis ceux de philologie celtique de Bachellery à l’Ecole pratique des hautes études. Il apprend parallèlement les danses, la bombarde, le biniou, intègre le groupe scout breton Bleimor avec lequel il découvre le Pays de Galles et l’Ecosse, pays où il retournera pour des stages de cornemuse, participera régulièrement comme membre du jury au festival des cornemuses de Brest, ancêtre du festival interceltique de Lorient.

Les études celtiques ne pouvant faire vivre son homme, il explore d’autres voies, quand un accident assorti de 18 jours de coma le remet sur les rails : études d’ethnologie avec André Leroi-Gourhan, de linguistique avec André Martinet ; puis participation à l’enquête pluridisciplinaire de Plozévet où il est le seul bretonnant et où il rencontrera sa future épouse, Françoise Prigent, alors assistante de recherches à Science-Po. Il entre au CNRS, puis rejoint à Brest Jean-Michel Guilcher et Yves Le Gallo qui venait de fonder le CRBC. Donatien Laurent dirigera ce laboratoire pendant douze ans.

Il n’aura de cesse, tout au long de sa carrière, aidé par un flair extraordinaire, de marier collectes sur le terrain et travaux de réflexion sur documents existants. En témoignent de nombreux articles, interviews, préfaces et autres interventions. Citons la gwerz de Louis Le Ravallec, la gwerz de Skolan et la légende de Merlin, Brigitte accoucheuse de la vierge, Enori et le roi de Brest, mais aussi l’élucidation du calendrier celtique, qu’il dit si étrangement proche de l’ancien calendrier chinois, la compréhension de la Troménie de Locronan, et surtout la publication en 1989 de sa thèse d’Etat : Aux sources du Barzaz Breiz. Tel Viollet-le-Duc élevant sa fantasque flèche au faîte du Mont-Saint-Michel, La Villemarqué a voulu redonner à notre patrimoine chanté, élimé par les siècles, sa vérité et sa vigueur. Pour cela, il en a recueilli les vestiges qui étaient parvenus jusqu’à nous, et leur a insufflé, avec sa sensibilité propre, une nouvelle vie.

Pas de retraite à 60 ou 65 ans pour Donatien Laurent. Il supervise aujourd’hui la publication des manuscrits de collecte de Le Diberder en domaine vannetais. Il reprendra ensuite et achèvera l’édition critique des derniers carnets manuscrits de La Villemarqué.

Haut de page