Comment peut-on ne pas être français ?

En 1970, Morvan Lebesque publiait “Comment peut-on être Breton ? “. En écho à cette interrogation, cinquante ans plus tard, le philosophe breton, auteur bilingue et musicien Tugdual Kalvez repose la même question, Comment peut-on ne pas être Français ?

Présentation du livre par Philippe Argouarch :

Ce livre est à contre-courant de ces valeurs de la république que nos politiques et nos medias nous vendent à longueur de temps. La France est principalement un État-système, un projet politique qui se résume essentiellement à une citoyenneté donnant un certain nombre de droits (pouvoir voter, avoir un passeport) et de devoirs (respecter les lois et s’assimiler). Si dans le passé il s’est agi d’assimiler des peuples aussi divers que les Corses, les Alsaciens ou les Bretons, aujourd’hui, les bouleversements climatiques , les famines en Afrique, les guerres du Moyen-Orient et maintenant le retour de la guerre aux portes de l’Europe, provoquent une augmentation massive de l’immigration que la France se croit obligée d’assimiler. Paris renforce donc son jacobinisme et refuse toute évolution vers une différentiation ou une simple reconnaissance de sa diversité.

Certes, on a le droit et la liberté de se dire breton ou même indépendantiste corse ou arabe ou je ne sais quoi. Cette liberté de parole est garantie par le système et reste une valeur fondamentale que l’on retrouve dans d’autres démocraties et que l’on ne retrouve pas dans les régimes autoritaires comme en Chine ou en Russie. Cette liberté se limite à la parole, les institutions bloquent tout développement d’une identité, d’une culture ou d’une nationalité qui remettrait en cause le pouvoir central parisien. L’égalité est mise en avant, mais elle cache aussi la francisation de tous y compris et encore des Bretons.

Tugdual Kalvez a d’ailleurs parfaitement compris que derrière les valeurs de la république et son universalisme se cache un nationalisme français. Il y oppose la diversité et la véritable démocratie du respect de la différence. Il cite Aimé Césaire «ma conception de l’universel est celle d’un universel riche de tous les particuliers» ou Senghors «La France a réussi à faire passer son nationalisme pour de l’universalisme».

Tugdual calvez résume ainsi le dilemme que Morvan Lebesque appelait La découverte ou l’ignorance : «Si être Français, c’est devoir renoncer à notre langue (non reconnue), à notre culture (marginalisée dans les médias et l’enseignement), à nos droits imprescriptibles de peuple et de nation; si être Français c’est devoir accepter la domination sans partage de Paris; de devoir encore reporter indéfiniment la réunification administrative de notre pays; si c’est encore le refus de l’accès de nos jeunes à une histoire bimillénaire … Alors oui, vous savez pourquoi nous ne pouvons être Français».

Le Temps Éditeur 15 €.  Pour commander en ligne https://letempsediteur.fr/

L’Auteur

Tugdual Kalvez, linguiste, militant de la langue et de la culture bretonnes, a été professeur de psychopédagogie aux Écoles Normales de Vannes et professeur de philosophie en lycée. Philosophe, il a notamment publié un « Dictionnaire bilingue de la philosophie », breton-français, édité par l’Université Européenne de Bretagne (CRBC Rennes-2). Membre de l’Institut culturel – Skol Uhel ar Vro, il a reçu le collier de l’Hermine pour son œuvre en 2009.