Archives pour la catégorie Archives

Conférence : «Histoire de Bretagne des origines à l’arrivée des Bretons» par Alan VIAOUET

Histoire du territoire de Bretagne avant les Bretons.

Les premières traces humaines dans le territoire que l’on appellera Armorique, remontent à moins 700 000 ans.

Ces traces se composent principalement : d’outils grossièrement taillés, ainsi que de vestiges de repas (surtout des os rongés).

Les traces du mésolithique sont plus nombreuses : on en trouve dans tout le territoire, surtout sur les côtes. Les outils se sont affinés, les premières traces d’habitation apparaissent.

Les vestiges du néolithique sont encore très présents.

L’âge de bronze est florissant en Armorique. De nombreuses mines d’étain permettent la fabrication d’outils dans cet alliage. La présence de nombreuses haches à douille de cette époque nous montre l’importance de cette économie. Vers la fin de l’âge de bronze, ces haches à douille ont dû servir de pseudo monnaies.

Il faut attendre l’arrivée des Celtes, vers le cinquième siècle avant J.-C., pour mieux connaître les us des autochtones. Au cours des ans, ils s’organisent en cinq cités.

En 57 av. J.-C., les troupes de César envahissent l’Armorique.

La période qui suit, l’époque gallo-romaine, est semble-t-il relativement calme. La structure des cinq cités est conservée, l’administration est gérée par des autochtones, comme semble l’attester la frappe de monnaie locale. Il y a également la présence de nombreuses voies romaines dont certaines sont encore visibles avec leur pavement.

Dans le cadre des Jeudis de l’Hermine, Alan VIAOUET vous propose un cycle de conférences à Blain (Loire-Atlantique). La première aura lieu le 4 octobre à 20h. 30 au centre Henri DUNANT, rue Saint-Laurent.

Colliers de l’Hermine 2018

Le 11 août dernier, dans le cadre du Festival Interceltique de Lorient, Skol-Uhel ar Vro a remis le collier de l’Hermine à :

Ainsi que la médaille de l’Institut à :

  • Poellgor Nominoe : mémorial de Bain-sur-Oust
  • Anne ha Fañch ar Moal : pour leur «jardin d’excellence»  reconnu par l’International Camellia Society.
  • Ar Redadeg
  • Rouedad stalioù kan : réseau des écoles de chant

Marina Dédéyan : « Tant que se dresseront les pierres »

Marina Dédéyan : « Tant que se dresseront les pierres »

Je ne suis pas lecteur de roman !

Et je n’ai commencé à le lire cet ouvrage que par politesse vis-à-vis d’un éditeur (ou de l’auteure) qui avait envoyé à l’Institut culturel de Bretagne un service de presse…  et aussi car le sujet m’intéressait… avec une pointe de suspicion : un roman historique sur la Bretagne pendant la dernière guerre… On pouvait s’attendre à tout !

Et plus je suis rentré dans ce livre plus il m’a conquis !

Un roman… peut-être ?

Mais un roman intelligent et honnête,

qui donne la parole aux différents belligérants, qui ne juge pas cette époque avec nos yeux et nos références de lecteurs d’aujourd’hui, de lecteurs qui connaissent la fin de l’histoire, formatés qu’ils sont par 73 ans d’instrumentalisation politique de cette Histoire.

qui montre, y compris dans une même famille, les choix divergents d’êtres aussi sincères les uns que les autres, tous aussi déboussolés les uns que les autres par un contexte qui les dépasse, les aveugle, exacerbe les convictions, pousse aux choix ultimes qui leur semblent les seuls possibles.

qui montre que rien n’est binaire. Bons ou méchants ! Héros ou bandits ! Idéalistes ou traîtres ! Résistants ou terroristes ! Patriotes ou collaborateurs ! Qui montre que dans cette furie meurtrière les vrais coupables ne sont pas les victimes qui sont embarquées dans telle ou telle option mais les systèmes totalitaires et fondamentalement anti-démocratiques et irrespectueux des droits humains, qu’ils s’appellent jacobinisme français, états-nations belliqueux, bolchevisme, ou nazisme !

Un problème toujours d’actualité

Un roman sensible,

qui n’apprend rien sur plan historique à ceux qui ne sont pas contentés du catéchisme politiquement correct qui nous est servi depuis la « libération » mais qui nous fait vivre de l’intérieur le quotidien de doutes, de craintes, de colères, de peines, d’humiliations ou d’espoirs… Un ouvrage qui pose aussi la question de la transmission ou des non-dits d’une génération à l’autre… Un questionnement qui vous cueille, sans prévenir, implacablement !

Un roman ?

Mais un roman bien documenté et qui, mieux qu’un livre d’histoire, transmet l’histoire des mentalités, les raisons des actes et non seulement leurs résultats, les sentiments et non uniquement la rigueur trompeuse des seules sources écrites. Une documentation plus « historique » que bien des ouvrages qui s’autoproclament comme tel (sans même parler de ceux qui ne sont que des pamphlets partisans) et qui donne à l’ensemble une crédibilité qui contribue au drame et à l’émotion.

Un roman avec une belle écriture au service de l’expression des ressentis.

Un roman que je ne vous résumerai pas. Mieux vaut le lire !

Patrick Malrieu

Un Pays occupé (1789-Aujourd’hui), conférence le 1er Juin à Ponevez-Porzay.

Malgré le rôle moteur de la Bretagne aux prémices de la Révolution française, celle-ci lui a causé un tort considérable.

La confusion entre «abolition de privilèges» nobiliaires et dénonciation unilatérale du traité de 1532, fait brutalement passer la Bretagne, et ce en dépit du Droit, de son statut de «province étrangère» à son démembrement en cinq départements puis à sa partition sur deux régions administratives différentes tout autant qu’incohérentes.

Les Républiques françaises et empires, avec leurs politiques centralisatrices et guerrières, en font un pays sous-développé. Le fondamentalisme jacobin met en place un véritable ethnocide contre les langues et cultures autochtones.

Et pourtant, aujourd’hui, l’identité bretonne s’affirme toujours comme le montre sa vitalité et sa pluralité culturelle.

Alan VIAOUET cloturera le cycle des conférences de l’Hermine le 1er juin à 20h 30 à la salle municipale de PLONEVEZ-PORZAY.

26 mai : INAUGURATION du MÉMORIAL de la BATAILLE DE BALLON

Ce lieu historique est honoré depuis des siècles par les Bretons, les chroniqueurs y situant la victoire de Nominoë sur l’empereur franc Charles le Chauve, le 22 novembre 845. Ce succès militaire a permis à la Bretagne de devenir un royaume indépendant. L’association Poellgor Gouel Ballon a imaginé en 2014 un monument spectaculaire sur ce site.

Ce mémorial sera inauguré le 26 mai 2018 à 11h en présence de Clarisse LAVANANT.

Préalablement une ballade chantée partira de la place NOMINOE (Bain-sur-Oust) à 10h pour se rendre sur le site.

Communiqué: Vol du reliquaire.

Le Comité Anne de Bretagne se propose comme médiateur pour organiser la restitution.

Communiqué de presse

L’annonce du vol du reliquaire du cœur d’Anne de Bretagne au Musée Dobrée de Nantes a été un choc pour les membres du Comité Anne de Bretagne 1.

Véritable trésor national pour l’ensemble des Bretons, cet écrin va sans doute disparaitre à tout jamais à moins qu’un appel public ne soit fait en direction des voleurs pour qu’ils le rendent . C’est un magnifique objet symbolisant une part importante de notre histoire qui est maintenant en grand danger de destruction. Nous appelons les différentes institutions bretonnes à réagir en commun pour éviter cette catastrophe.

Par ailleurs, afin d’offrir une possibilité de restitution, le Comité Anne de Bretagne se propose comme médiateur confidentiel entre les deux parties. Le contact peut se faire par l’adresse e-mail suivante: annedebretagne2014@free.fr.

Ce vol souligne aussi et très malheureusement la triste situation du Musée Dobrée, propriété du département de Loire-Atlantique, fermé depuis 2011, depuis 6 ans donc, et dont les travaux de rénovation ne commenceront qu’en 2019 pour une ré-ouverture programmée en 2021….

Cet évènement met aussi en lumière l’absence de présentation publique cohérente et logique de l’histoire de la Bretagne à Nantes.

Par ailleurs, le Comité Anne de Bretagne ne peut que déplorer la manière de communiquer sur ce vol du président du département de Loire-Atlantique et du maire de Nantes qui gomment tout rapport avec la Bretagne et son histoire, un nouvel effet pervers de la  partition du territoire breton.

——————————————————————————–

Pour le Comité Anne de Bretagne,
Jacques-Yves Le Touze
coordonnateur
Contact: 06 09 71 01 91

Comité Anne de Bretagne
32 rue François Le Levé
56100 Lorient
Tel: 02 97 64 12 76

http://annedebretagne2014.info

(1) Le Comité Anne de Bretagne est un collectif d’associations qui a assuré l’organisation et la promotion d’une centaine d’évènements sur les 5 départements bretons durant l’année 2014 pour marquer les 500 ans de la disparition de la dernière duchesse souveraine de Bretagne.retour

Beaj an Inizi Glenan

Ar sadorn 7/04 a oa bet aozet gant Skol-Uhel ar Vro ur veaj betak an Inizi Glenan evit ar vrezhonegerien. 22 den zo deut. Da gentañ, Roland MOGN a gontas mojenn ar Roue Gradlon ma’z eas ar paour kaezh roue betek an Inizi. Da c’houde, a-hed an erdervezh, ar veajourien o deus dizoloet Foeon ar Glenan, ur seurtad plant a gresk, er bed-holl, war teir enezennig hepken amañ er Glenan. Da c’houde, aet eo an amzer war vravaat a-hed ar penn-devezh, ken ma voe heol e-pad une eurvezh hanter, ha pa weled mat e oa brein spontus anezhi war an douar bras ! Meur a seurtad labous-mor a voe tu da welout dre c’hras displegadurioù Patrick DREAN, lod anezho rouezig a-walc’h. Ha war ur mor sioulaet eo e voe graet ar veaj dont en-dro. Tud a ar vag a voe plijet o selaou tud all o komz brezhoneg dibaouez, ken m’o deus goulennet gant tud an Alre kanañ ouzh ar mikro pa voe erru ar vag e porzh Konkerne da gaeañ.

O kontañ mojenn ar Roue Gradlon

Ar foeonennoù kentañ !

139.000 plantenn

Foeon ha pour-bran

War ar wenodenn-goad (1)

War ar wenodenn-goad (2)

Puilh ha stank !

Fotoioù forzh pegement

Un nebeut foennonnoù brav

Piged-mor ha gouelini

Golvan-aod

Écosse : une histoire sombre derrière des paysages féériques, conférence le 4 mai.

Conférence le vendredi 6 mai à PLONEVEZ-PORZAY, salle municipale à côté de l’église.

Nous connaissons très mal l’Histoire de notre pays, la Bretagne, encore moins celle de nos cousins celtes comme l’Écosse. En nous y promenant, nous ne pouvons que rester ébahi devant la beauté de ces paysages, de ces grands espaces qui semblent vierges de toute présence humaine. La connaissance de l’histoire écossaise nous apporte des explications avec les «Highland Clearences».Nous aborderons les pourquoi de cette politique anglaise et ces conséquences jusqu’à nos jours.

Claire SAUVAGET, secrétaire de Bretagne-Écosse, administratrice de Skol-Uhel ar Vro, est passionnée de photographie depuis l’enfance. Elle a partagé sa vie entre Bretagne et Écosse pendant treize ans. Elle nous présentera l’histoire de l’Écosse à travers ses photograhies personnelles et les anecdotes liées à ces lieux.

Remise des prix du concours de stylisation de l’Ajonc à Saint DERRIEN (29)

Saint-Derrien.
École Saint-Yves.
Deux écolières lauréates.

Au centre, Amélie PAGE et Juliette KEROUANTON ont reçu leur récompense individuelle
et la récompense collective pour l’école.

Sous l’impulsion de l’Institut culturel de Bretagne, les élèves de l’école Saint-Yves  ont concouru pour la stylisation de l’ajonc, emblème qui représente la Bretagne. Chose rare, deux écolières d’un même établisement scolaire et habitant la même commune ont su par leur talent artistique décrocher la 2ème et le 3éme place parmi les 117 œuvres présentées jusqu’au 16 février dernier dans la catégorie enfant. L’Institut culturel de Bretagne situé à VANNES est venu spécialement, vendredi 6 avril rendre visite aux lauréates en les personnes de Alan VIAOUET secrétaire, Éric PIANEZZA-Le PAGE, trésorier et Roland MOGN, administrateur. Ce dernier a pris la parole en breton en expliquant que son propre père, natif de Saint-Derrien, a fréquenté cette même école en 1921 et il lui avait été interdit, comme à tous ses camarades, de parler breton dans l’école. C’est donc un bel hommage et un clin d’œil que permet Roland MOGN, botaniste, docteur en langue celtique, qui fut également le tout premier enseignant en langue bretonne. Ce vendredi 6 avril, Saint-Derrien est devenu, pendant un  temps, le centre de la Bretagne.

Le Télégramme

La Bretagne : une province étrangère, le 6 avril à 20h.30 à Plonevez-Porzhay (29)

Depuis 1532, la Bretagne a perdu son indépendance, mais reste autonome. Le Parlement gére la Provinve, sa fiscalité, son armée. Le commerce maritime, la Course et la Royale développe l’économie bretonne Mais les ingérences du pouvoir royal, les tentatives de fiscalisation jettent le trouble en Bretagne. Un vent nouveau se lève, un esprit de libération avec les prémices de la Révolution…

Cette conférence sera assurée par Alan VIAOUET, responsable de la section Histoire de Skol-Uhel ar Vro/Institut Culturel de Bretagne.

Mont da welout Foeon ar Glenan e Brezhoneg

D’ar 7 a viz Ebrel e vo aozet gant Skol-Uhel ar Vro ar veaj eus Konkerne betek an inizi Glenan da vont da welout Foeon ar Glenan. Ambrouget e vo ar weladenn gant daou arbennigour : Roland MOGN ha Patrick DREAN. An displegadurioù ganto a vo e brezhoneg hepken, e KLT hag e Gwenedeg.

N’eus nemet ul lec’h er bed ma vez tu da welout ar foeon-se e bleuñv : Enez Sant Nikolaz. An teir enezenn all ma kreskont ivez eo difennet rik mont warno. Mirva Naturel Enez Sant Nikolaz zo 1,53 hektar dezhañ e lodenn reter an enezenn. An douaroù zo bet prenet gant Kuzul Departamant Penn-ar-Bed.

Da zeiz ar veaj, soñjit mat erruout tri c’hardeur pe muioc’h a-raok eur al loc’hañ evit kaout amzer da vont da gemer ho pilhejoù ha da gaout ur plas mat er vag.

Mont da Enez Sant Nikolaz a bad un eurvezh ma vez brav an amzer. Dont en-dro : un eurvezh c’hoazh. Pourmen war an enezenn : div eurvezh. Moien ‘vo d’ar re diaes dezho bale ha d’ar vugale vihan ober an droiad hep poan : ur wenodenn e koad zo bet lakaet war an tuniennoù ha n’eo ket gwall-hir tro an enezenn, ken bihan ma’z eo.

Soñjit ervat emwiskañ diouzh an amzer : botoù bale, dilhad ouzh an avel hag ouzh ar glav, lunedoù ha togoù ouzh an heol, diouzh ezhomm. Degasit ganeoc’h gevellunedoù ha peadra da dennañ skeudennoù ivez.

KENDASTUMAD :

Ar vag a loc’ho da 1 eur G.M. rik d’ar 07 a viz Ebrel. Emgav e porzh Konkerne da greisteiz hanter pep a vilhed gantañ pe ganti.

Dalc’hit ho pilhejoù adalek bremañ en ur bellgomz d’an niverenn 02.98.50.72.12 (niverenn burev Konkerne eo) hag en ur resisaat « groupe de l’Institut Culturel de Bretagne » a-benn kaout ar priz izel. Roet e vo deoc’h un niverenn-amberzhañ dre SMS. Ret e vo resisaat an niverenn-se e burev Konkerne a-benn kaout ho pilhed(où) pa’z eoc’h da baeañ. Na baeait ket dre ar rouedad ma ne vez priz izel ebet.

Anv ar veaj : « Évasion sur l’île Saint Nicolas »

Prizoù evit Skol-Uhel ar Vro :

  • Tud a oad gour –                      28.80 €              e-lec’h 36.00 €
  • Yaouankizoù 13-17 vloaz –  25.60 €              e-lec’h 33.00 €
  • Bugale 4-12 vloaz –                 14.40 €              e-lec’h 18.00 €
  • Babiged 0-3 bloaz –                   5.60 €                e-lec’h 7.00 €