Archives de catégorie : Archives

Appel à signature

Initiative citoyenne
pour les régions nationales

Une nouvelle Initiative Citoyenne Européenne (ICE) vient d’être ouverte pour que la politique de cohésion de l’Union européenne accorde une attention particulière aux régions dont les caractéristiques nationales, ethniques, culturelles, religieuses ou linguistiques diffèrent de celles des régions environnantes.

Vous pouvez télécharger la note informative sur l’ICE pour les Régions nationales en cliquant ici

Vous pouvez également signer directement en cliquant ici

Bro Nevez (revue des bretons des USA) de juin 2019 est disponible en ligne

Bro Nevez est une revue en anglais donnant des informations sur la vie culturelle en Bretagne (Newsletter of the U.S. branch / International Committee for the Defense of the Breton Language).

Elle est réalisée par Lois Kuter, titulaire du collier de l’Hermine depuis 1995 en remerciement de son engagement pour la Bretagne, sa langue et sa culture. Une action qui est toujours d’actualité !

Pour consulter le numéro de juin 2019 : cliquez ici.

Les anciens numéros sont consultables à cette adresse.

Compte-rendu de la conférence du 23 avril

« Dizoloomp ar c’hamellia » est la première conférence en breton que la section « Jeunesse et Education » de Skol-Uhel ar Vro (ICB) en association avec l’IDBE a donné à l’école Diwan de Guingamp le 23 avril 2019.
Les élèves de CM1/CM2 et leur enseignante ont accueilli le conférencier Mikael Korle ce mardi matin et ont découvert à travers un diaporama et des explications simples mais détaillées l’univers des camellias. Non seulement, ils ont pu admirer ces belles fleurs mais aussi en apprendre l’histoire: leur arrivée en Europe puis en Bretagne grâce à des navigateurs tels que Christophe Colombe ou Vasco de Gama mais aussi grâce aux navigateurs bretons: Jakez Carter, Yves Joseph de Kerguelen de Trémarec ou encore Paul Antoine Fleuriot de Langle. Les élèves ont également apprécié les noms bretons de camellias tels que ‘Chouchou’ , ‘Neige d’Armor’ ou encore ‘Izenah’ (nom breton de l’Ile aux Moines). La conférence d’environ 45 minutes s’est clôturée par un quizz d’une dizaine de questions, très attentifs lors du diaporama les enfants n’ont eu aucun mal à y répondre et y ont participé avec beaucoup de plaisir.
Totale réussite pour cette première que nous espérons suivie par beaucoup d’autres que ce soit dans les écoles Diwan, dans les filières bilingues, collèges, lycées…
Cette intervention s’inscrit dans le cadre d’un programme de conférences de la section « Jeunesse et éducation » qui regroupe différents thèmes ayant trait à l’Histoire de Bretagne sous toutes ses formes.

13/04/2019 : Un devezh diwar-benn ar gwez-kamellia / Une journée sur les camellias

D’an 13 a viz Ebrel 2019 e vo aozet gant Skol-Uhel ar Vro un devezh diwar-benn ar gwez-kamellia.

  • 24 liorzh dreist war ar c’hamellia zo er bed-holl, tri e Breizh en o zouez : Naoned, ar Roc’h Ugu ha Park ar Brug. N’eus liorzh dreist all ebet er Frañs. Mont a raimp da weladenniñ div anezho (ar Roc’h Ugu ha Park ar Brug) rak n’emaint ket gwall-bell an eil diouzh eben.
  • 30 e vo niver brasa­ñ ar weladennourien evit an devezh-mañ. E Park ar Brug e vo tu ober daou strollad-gweladenniñ, unan e brezhoneg gant Mikael Korle hag unan e galleg gant Fañch ar Moal. Pa vo echu ar weladenn, merenn-vihan a vo, krampouezh ha sistr.

Tremen an devezh :

  • Emgav da 10e00 war parklec’h Domani ar Roc’h Ugu e Pleuzal ma vimp degemeret gant François de Martel, e karg lec’hienn ar Roc’h Ugu,
  • 10e15 – 12e15: dizoloiñ hent ar gwez-kamellia (hag al liorzhoù all ma chom amzer ganeomp),
  • Ur c’hardeur da vont betek Pontrev,
  • 12e30 – 14e00: merenn e ti-debriñ « Le Quai 40 » (Ar c’hae 40),
  • 14e00 – Evir gweladennourien an endervezh : emgav e-tal an ti-debriñ « Le Quai 40 »,
  • Un hanter-eurvezh da vont betek Park ar Brug ma vimp degemeret gant Anna ha Fañch,
  • 14e30 – 16e30 : dizoloiñ liorzh Anna ar Bourdonneg ha Fañch ar Moal.

Botoù-bale vo mat evit an devezh.

Ret e vo bezañ enskrivet, evit ar gweladegoù hag evit pred merenn.

Em en skrivañ (posteloù hepken) ouzh roland.mogn@skoluhelarvro.bzh

Evit ar gweladegoù, resisaat mar plij pe e vo evit an devezh, pe evit ar beurevezh pe evit an erdervezh.

A-benn an 13 a viz Ebrel !

Roland Mogn & Servane Huonic


Le 13 avril 2019, l’Institut Culturel de Bretagne vous invite à une journée sur les camélias.

  • Il y a 24 jardins d’excellence de camélias dans le monde, dont trois en Bretagne : Nantes, La Roche-Jagu et Park ar Brug. Il n’y en a pas d’autres en France. Nous visiterons deux d’entre eux (La Roche-Jagu et Park ar Brug) qui ont l’intérêt de ne pas être très éloignés l’un de l’autre.
  • Le nombre maximum de personnes autorisées à participer à cette journée est de 30.  À Park ar Brug, il sera possible de faire deux groupes, un en breton avec Mikael Korle et un en français avec Fañch ar Moal. Une collation sera offerte à l’issue de la visite, crêpes et cidre.

Déroulement de la journée :

  • Rendez-vous à 10h00 sur le parking du domaine à la Roche Jagu à Ploëzal où nous serons accueillis par Monsieur François de Martel, responsable du site de la Roche Jagu,
  • 10h15 – 12h15: découverte du chemin des camellias (et les autres jardins s’il reste du temps),
  • Un quart d’heure de route jusqu’à Pontrieux,
  • 12h30 – 14h00: repas de midi au restaurant « Le Quai 40 »,
  • 14h00 – Pour les visiteurs de l’après-midi : rendez-vous devant le restaurant « Le Quai 40 »,
  • Une demi heure de route jusqu’à Park ar Brug où nous serons accueillis par Anna et Fañch,
  • 14h30 – 16h30 découverte du jardin de Anna le Bourdonnec et Fañch ar Moal.

Équipement : des chaussures de marche suffisent.

L’inscription est obligatoire, pour les visites et pour le repas de midi.

S’inscrire (mails uniquement) auprès de roland.mogn@skoluhelarvro.bzh

Pour les visites, préciser si c’est pour la journée, le matin seulement ou l’après-midi seulement.

Au 13 Avril !

Roland Mogn & Servane Huonic

Grand débat sur la réunification à Nantes le 2 mars

Chers amis,

Le droit d’option se terminant le 1er Mars, et monsieur le président Philippe Grosvalet n’ayant toujours pas répondu favorablement à la demande de BRETAGNE RÉUNIE du 19 Décembre dernier concernant la consultation des habitants de Loire Atlantique sur leur avenir régional, BRETAGNE RÉUNIE organise le lendemain

Samedi 2 Mars 2019 aux Nefs de l’Éléphant de Nantes à 15 heure,

un grand rassemblement et un grand débat sur la réunification.

De nombreux intervenants prendront la parole, pour interpeller encore une fois l’état, les politiques, les médias et l’ensemble des habitants de Bretagne.

Ce grand débat, sera accompagné d’actions militantes !

Merci de propager l’information.

Comptant sur votre présence

 

 

 

Hommages à Patrick MALRIEU

Allocution de Catherine LATOUR

Nous ne retracerons pas le parcours de militant culturel de Patrick, qui a déjà été largement évoqué par plusieurs d’entre nous.

Nous évoquerons plutôt la période plus récente durant laquelle il a présidé aux destinées de Skol-Uhel ar Vro depuis 2011, succédant alors à Bernard Delhaye. Patrick accepta cette mission à un moment incertain de l’Institut qui appelait à redéfinir sa vocation.

Nous aimerions donc souligner les capacités de Patrick à coordonner et à stimuler les actions concrètes des adhérents et sympathisants de Skol-Uhel ar Vro. Il savait détecter et mettre en valeur les connaissances et compétences des uns et les autres. À cet égard, citons l’opération « Plante-symbole de la Bretagne » menée par Roland Mogn, responsable de la section Environnement, qui aboutit au choix de l’ajonc.

Si Patrick eut toujours le souci de l’intérêt général de la Bretagne, il sut aussi, dans nombre d’instances institutionnelles et associatives, mettre en évidence le rôle de l’Institut.

Dans le même esprit, nous ne pouvons manquer de mentionner la dernière production de l’ICB, à savoir « Les meubles peints, polychromes et monochromes de Bretagne » d’Yvon Palamour et André Le Bars. Dans ce cas comme dans bien d’autres, il a joint à ses qualités d’organisation les vertus de l’amitié et de la chaleur humaine.

 

Nous partageons avec tes proches la grande tristesse de ton départ.

Nous ne t’oublierons pas,

Kenavo Patrick !

 

 

Poème d’Erwan CORDEAU

Papa Pat

La flamme du feu pour faire chanter la Breizh,
Tu l’avais !
Le souffle du zef pour transmettre les plus belles gwerz,
Tu l’avais !
La persévérance de l’eau pour chercher dans les méandres de la tradition populaire,
Tu l’avais !
Le respect du pays, de la terre, de l’humus et de l’humanité,
Tu l’avais !
La lumière charismatique et l’énergie du soleil dans ta vision et ta passion,
Tu l’avais !
La langue bretonne et les mots du partage, de l’échange et de la conviction,
Tu l’avais !
L’humour du merle moqueur pour ne pas oublier de rire et de ne pas tout prendre trop au sérieux,
Tu l’avais !
L’offre d’amour et d’amitié d’un homme, d’un père, d’un ami, sans compter,
Tu l’avais !
Tu avais beaucoup en toi et à offrir, l’essentiel certainement, mais une chose t’a terriblement manqué !
C’est le temps !
Le temps de te poser, d’écouter le conte qu’on voulait te transmettre qui loue ton œuvre pour la Bretagne, de partager avec tes proches un air vibrant de cornemuse au milieu de la lande, et surtout, d’un dernier, sincère et tendre kénavo…
À toi, mon Papa Pat,
À toi, notre Patrick !

Déces de Patrick MALRIEU

Nous avons la tristesse de vous annoncer le départ de Patrick pour le paradis des Bretons, Doue d’e bardono. Nous associons notre peine et nos prières à celles de sa famille.

Ses obsèques se tiendront ce samedi 12 janvier à 14h 30 pour un office à l’Église de Landévenneg suivi d’une rencontre-hommage à 16h Salle KAER.

La Bretagne vient de perdre un de ses grands défenseurs, rappelons-nous son œuvre et son combat pour les continuer en sa mémoire.

Liste des points de vente du livre d’Yvon PALAMOUR

Par correspondance :

Dans la boutique de Skol-Uhel ar Vro : accéder au produit

En direct :

Auray :

  • KENDALC’H – Porte océane – 2 rue de Suède

Carhaix :

  • Librairie Maison de la Presse – 2, rue des Martyrs

Lannion :

  • Librairie GWALARN – 15, rue des Chapeliers

Lorient :

  • Coop Breizh – 60 rue du Port

Pluvigner :

  • Ti Douar Alre – 11 rue Tanin

Quimper :

  • COOP BREIZH – 16, rue Elie Fréron
  • Librairie RAVY – Passage du Chapeau rouge 10 rue de la Providence

Rennes :

  • L’encre de Bretagne – 28 rue Saint-Melaine

Saint-Brieuc :

  • Telenn – 138 rue du Legué

Vannes :

  • Librairie CHEMINANT – 19 rue Joseph Le Brix
  • Librairie LENN HA DILENN – 8 rue des Chanoines
  • Skol-uhel ar Vro – 3 rue de la Loi

Conférence : De l’Armorique à la Bretagne – 383-851

Dans le cadre des « Jeudis de l’Hermine » de Skol-Uhel ar Vro

Conférence le jeudi 6 décembre à 20h. 30
Centre Henry DUNANT – BLAIN

Par Alan VIAOUET

De l’Armorique à la Bretagne

383 – 851

En 383, l’Empire romain est en pleine déliquescence, « Maximus », imperator de Bretagne, envisage de s’emparer du trône de Rome. Pour cela, il fait débarquer ses troupes en Armorique. C’est le début des migrations des Bretons de leur île vers le continent qui perdurera aux V et VIème siècle.

La petite Bretagne s’organise, des royaumes voient le jour, ils s’associent ou ils se déchirent.

À leur frontière terrestre, le voisin franc lorgne sur ce territoire et veut l’annexer. Ses tentatives, tant violentes que politiques sont infructueuses. Louis le Pieux obtient une certaine stabilité en nommant un Breton, NOMINOE ou NEVENOE, comme gouverneur de Bretagne. La mort de Louis et le conflit entre ses fils vinrent à bout de cette tranquillité. NEVENOE, restant fidèle à sa parole donnée à Louis, se rebelle contre CHARLES II qu’il défait à la bataille de BALLON en 845. Il en résultera la naissance d’un pays nommé BRETAGNE comme l’atteste le traité d’ANGERS de 851. Pour cela, NEVENOE sera appelé « Tad ar Vro», le Père du Pays.

Alan VIAOUET, secrétaire de Skol-Uhel ar Vro, responsable de la section Histoire, nous exposera cette période de l’histoire de notre pays.

Journée de travail à Ti ar Vro – GWENED

Mardi 13 novembre, de 10h à midi et de 14h à 17h : journée de travaux dans la réserve de l’ICB à Ti ar Vro de Vannes

Au programme :

  • fabriquer les panneaux de deux exemplaires de l’exposition « La Bretagne et la Révolution »,
  • restaurer les panneaux défectueux,
  • inventorier et trier les ouvrages en stock dans les réserves,
  • déplacer la collection d’ouvrages archéologiques dans la réserve tournante,
  • dégager les séries de photos d’Irlande de leurs cadres pour les préparer à les remettre à l’association Bretagne-Irlande.
  • préparer le reconditionnement des expositions en boîtes en bois en conditionnement en carton renforcé.

Toutes les bonnes volontés seront les bienvenues, même si vous ne venez que pour une demi-journée ou seulement pour une heure ou deux. Merci de prévenir.

 

Jeudis de l’Hermine : Conférence à BLAIN le 8 novembre 2018

Dans le cadre des « Jeudis de l’Hermine » de Skol-Uhel ar Vro,

Conférence le jeudi 8 novembre à 20h. 30,
Centre Henry DUNANT – BLAIN,
par Yann Duchet.

Rigantoná – Rhiannon – Riwannon :

La Souveraineté féminine
dans les récits d’origine brittonique.

C’est de la Souveraineté -Flaíth- dont nous allons parler ici, en tant que femme, en tant que reine pacifique: *Rigantoná des anciens Celtes – Rhiannon des légendes de Galles et certainement notre Riwannon, mère de Saint-Hervé. Elle est parente et semblable à, mais cependant différente, d’autres déesses celtes (Brigantia/Ana/Mórrigan) et indo-européennes (Dêví/Śaktí). Même si nous savons bien qu’elles ne sont, en dernière analyse, que l’unique déesse, sous trois aspects, trois fonctions et trois niveaux différents dans « l’idéologie tripartie » dumézilienne (Le Roux – Guyonvarc’h).

Nous chercherons ici à tirer profit d’études, ou de traductions, déjà publiées, afin de définir un cadre autour de la souveraineté comme femme/reine; entre un roi -*Ri- vieux et impuissant, injuste, cruel et lâche et, par conséquent, inapte à régner; un héros -Nia (niz/neveu)- trop jeune, trop intrépide, trop droit pour bien tenir le royaume et « posséder » la souveraineté, mettant ainsi la société entière en péril. Tout ceci en liaison constante, bien-sûr, avec l’Autre-Monde ou Ordre Cosmique.

Nous nous proposerons d’étudier les traces restantes de ce schéma structurel dans notre plus ancienne littérature: la littérature d’origine brittonique, qu’elle soit en breton, en ancien gallois, ou encore en français médiéval (anglo-normand). Souvenons-nous encore que cette littérature écrite n’est, le plus souvent, que la trace d’une tradition bien plus ancienne, issue de notre « littérature orale » presque disparue.

Conférence dans le cadre de la journée annuelle de l’IDBE

Le samedi 20 octobre

à 14h00 au Centre Culturel Breton de Guingamp, place du Champ au Roy, se tiendra une conférence sur le thème :

« Le lien entre l’Europe et le citoyen
au niveau local et régional »

Comment renforcer le dialogue entre les citoyens et les collectivités locales et régionales avec les institutions européennes, comment peuvent – ils faire entendre leur voix au niveau des institutions européennes, et comment peuvent- ils influencer la prise de décisions qui les affectent.

Le nombre de places étant limitées, il est préférable de réserver au 06 81 87 54 63, entrée libre.

Nos intervenants sont: Erwan Fouéré et Jean-Pierre Levesque, cette conférence sera animée par Yves Mervin

Jean-Pierre Levesque (président de la section Droit et Institutions de l’ICB : Le Droit des Bretons et les instances européennes) interviendra sur le ‘Minority SafePack’ dans le cadre de l’Initiative Citoyenne Européenne pour la protection des minorités locales et ethniques, quel sera l’avenir de cette initiative, et comment sera-t- elle prise en compte par les instances décisionnelles au niveau européen.

Erwan Fouéré interviendra sur l’état de l’UE à la veille des élections européennes de Mai 2019, les dangers qu’encourent l’europe et les perspectives de sursaut mais aussi ce que nous pouvons faire au niveau local et régional pour contrecarrer ces  dangers. Erwan Fouéré abordera aussi :

La question du Brexit , l’impact de la liberté individuelle de circuler dans un espace Grande Bretagne – Irlande- Bretagne – l’Irlande du Nord – Normandie… Une présentation sur le travail BREXIT fait par Le Cercle P.Landais sera assurée par Yves Mervin.

L’appel de Marseille pour les libertés locales

Par Paul MOLAC :

J’ai assisté cette année au Congrès des régions de France, pour lequel j’étais d’ailleurs invité en tant qu’intervenant pour une table ronde sur les politiques en faveur des langues régionales. Ce grand rassemblement a été notamment l’occasion pour les trois principales associations d’élus en France (régions, départements, communes) de lancer un appel au Gouvernement pour une véritable politique en faveur de la décentralisation et des libertés locales. Je partage avec vous dans le lien ci-dessous cet appel que je soutiens. J’en ai aussi profité pour défendre les militants occitans qui ne souhaitent pas voir la Région Provence Alpes Côte d’Azur renommée “Région sud” mais tout simplement “Provence”.

Les Maires, les Présidents de Région et de Département ont lancé mercredi 26 septembre un appel solennel pour une relance de la décentralisation, lors du Premier Rassemblement des élus pour les libertés locales, conclu par le Président du Sénat Gérard Larcher. Ce Rassemblement inédit s’est tenu à la veille du 14e Congrès des Régions au Palais du Pharo à Marseille. Voici le texte de la déclaration de Marseille :

“Nous, élus de la République, unis dans la diversité de nos histoires et de nos sensibilités politiques, lançons aujourd’hui à Marseille un appel solennel pour les Libertés locales et constituons une association nous réunissant : les Territoires unis.

“Au moment où les peuples grondent, partout en Europe, contre leurs classes dirigeantes, où la capacité du Gouvernement à réformer le pays est mise en doute par les Français, la République des territoires, elle, n’a toujours pas été tentée en France.

“Tous les défis d’avenir de notre pays, qu’il s’agisse de la transition énergétique et écologique, de la recherche d’un nouveau modèle agricole ou encore de la réindustrialisation de notre pays par les Petites et Moyennes Entreprises (PME) et les Entreprise de Taille Intermédiaire (ETI) supposent un puissant mouvement de décentralisation. C’est la force de tous nos voisins européens. C’est également au plus près du terrain, que se mènent au quotidien, avec nos collectivités et nos associations, la bataille contre la pauvreté, l’accompagnement des personnes les plus vulnérables, notamment handicapées, ou encore l’accès au logement et à la culture.

Notre pays meurt à petits feux de son ultra-centralisation. Que l’on ne s’y trompe pas, nous sommes d’authentiques républicains attachés à l’unité de notre pays, à ses institutions, mais nous ne pouvons plus accepter la prise de pouvoir et le mépris de plus en plus flagrant d’une technocratie, enfermée dans ses certitudes et coupée de nos territoires et de nos vies.

L’avenir de la France ne peut se résumer à quelques métropoles. Comme le disait Gaston Defferre, « la France est dans nos villes, dans nos villages. Elle aspire à tenir sa place, à être considérée, à jouer son rôle, à choisir son destin. Il est injuste et dangereux de la maintenir sous le boisseau, de l’empêcher de s’exprimer, de décider pour elle-même ».

Au plus près du terrain, des élus colmatent les fractures de notre pays, portent l’essentiel de l’innovation et de l’investissement publics, maintiennent une qualité de vie et répondent avec toujours moins de moyens aux préoccupations quotidiennes de nos concitoyens. Le nombre inégalé de démissions de ces serviteurs désintéressés de notre pays doit aujourd’hui tous nous alerter.  Il est temps d’entendre leur demande de considération et de faire cesser les causes de leur découragement.

Loin d’être une quelconque menace pour la République, la décentralisation en est une des chances. Ce qui la mine, c’est l’ultra-concentration parisienne, ce sont les promesses non tenues d’un Etat thrombosé, c’est l’impression que l’avis des territoires ne compte pas, que les élus locaux sont vaguement consultés mais jamais écoutés.

Loin d’être un risque pour l’égalité, la décentralisation en est au contraire l’un des vecteurs modernes. Comment croire qu’une application réglementaire égalitaire et sans nuance à des territoires si divers pourrait encore, comme jadis, être juste ?

Loin d’être un poids pour la performance de notre économie, la décentralisation est le modèle qui permet de rapprocher décisions et investissements des vrais besoins.

Loin d’être un boulet pour les finances publiques, la décentralisation est la condition de la réforme de l’Etat, en supprimant les doublons qui ralentissent le temps de l’action publique.

Nous, élus de la République, appelons à l’avènement d’une nouvelle étape de la décentralisation : les libertés locales.

Les libertés locales, c’est d’abord un Etat respectueux des collectivités territoriales et de ses élus.Nous ne sommes pas des opérateurs de l’Etat mais des élus du suffrage universel. Tous les leviers de transformation de la France reposent sur des compétences partagées Etat/collectivités (développement  économique, transition écologique et énergétique, action sociale, mobilités, santé, éducation, numérique, formation, petite enfance…). Nous demandons un agenda partagé de réformes.

Les libertés locales, c’est le choix de l’innovation, du pragmatisme, et du bon sens, par la différenciation. C’est laisser les collectivités expérimenter. Pourquoi nos propositions pour coordonner les politiques de l’emploi, pour remettre à niveau les routes nationales ont-elles été balayées d’un revers de main ? La réforme constitutionnelle doit nous remettre sur le chemin de la République décentralisée.

Les libertés locales, c’est ensuite une concertation sincère entre l’Etat et les Collectivités.  La Conférence nationale des territoires qui n’était qu’un lieu de concertation formelle où l’Etat et les collectivités locales constataient leurs désaccords, est un échec. Il faut désormais inventer l’outil efficace du dialogue et de la négociation.

Les libertés locales, c’est le respect par l’Etat de ses engagements contractuels et de sa signature : la remise en cause des contrats de plan Etat-Régions, le transfert de charges sur les Départements de près de 11 milliards d’euros sur les allocations individuelles de solidarité et les mineurs non accompagnés, l’avalanche de normes et de réglementations sur les communes doivent cesser.

Les libertés locales, c’est la participation équitable de l’Etat aux côtés des collectivités au redressement des comptes publics : d’ici 2022 les collectivités locales vont contribuer à un désendettement de la France à hauteur de 50 milliards, alors que l’État va accroître l’endettement du pays de 330 milliards d’euros. A quand la réforme de l’Etat ?

Les libertés locales, ce n’est pas l’affaire réservée des élus locaux, des Communes, des Départements et des Régions, elle est celle des citoyens, l’affaire de la France, de son avenir et de sa démocratie. C’est un mouvement de tous les territoires unis pour une République décentralisée !

François BAROIN, Président de l’AMF

Dominique BUSSEREAU, Président de l’ADF,

Hervé MORIN, Président de Régions de France