Jean-Christophe CASSARD

 

Jean-Christophe Cassard est né à La Rochelle en 1951, d’un père nantais et d’une mère native du Trégor finistérien. C’est à Nantes qu’il fait ses études primaires, secondaires et fréquente les classes préparatoires. Ancien élève de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé d’histoire, un temps enseignant en lycée, il est à présent professeur d’histoire médiévale à l’Université de Bretagne Occidentale et a retrouvé le Trégor maritime de ses ancêtres maternels, où il réside depuis vingt ans.

Il a codirigé, avec Alain Croix, le monumental « Dictionnaire d’histoire de Bretagne » paru aux éditions Skol Vreizh fin 2008, un ouvrage qui entend restituer aux Bretons la substance de leur histoire, telle du moins que les connaissances actuelles l’autorisent. Un Dictionnaire servi par une superbe iconographie dont les éditeurs sont redevables aux conservateurs du Château des ducs à Nantes, et par une importante bibliographie et des cartes inédites.

Enseignant-chercheur au CRBC (Centre de Recherche Bretonne et Celtique) de l’Université de Brest, Jean-Christophe Cassard a consacré l’essentiel de ses publications aux Bretons du Moyen Âge. Certaines portent sur les premiers siècles : Les Bretons de Nominoë, Les Bretons et la mer, des origines au XIIIe siècle ou Les Vikings en Bretagne ; une biographie de Saint Yves de Tréguier, un saint du XIIIe siècle, complétée par l’édition, avec Georges Provost, des actes du colloque de Tréguier tenu à l’occasion du septième centenaire de sa mort en 1303. Enfin, La guerre de Succession de Bretagne renouvelle pour partie les événements tragiques qui permirent l’arrivée au pouvoir des ducs de la maison de Montfort.

L’a toujours animé un double souci de précision dans l’utilisation des sources authentiques et de clarté dans l’expression afin que le travail de l’historien reste accessible au public lettré le plus large possible, en particulier dans divers ouvrages collectifs publiés chez Skol Vreizh et dans les livres diffusés. Environ une centaine d’articles de recherche, parus dans des revues savantes, sont naturellement plutôt réservés aux amateurs éclairés, nombreux en Bretagne, mais ils constituent le socle indispensable à toute recherche scientifique.

À côté de la mer, des croyances, les usages anciens de la langue bretonne n’ont pas été oubliés, du moins quand les sources le permettent en y faisant allusion de façon détournée puisque les textes manquent pour la période. Il est décédé le 10 janvier 2013.

Il a reçu le Collier de l’Hermine en 2009 à Ancenis.

Retour à la liste

Les derniers Herminés